Mon premier roman : Épouse-moi !

Petite note : le 1er chapitre commence après la photo de la couverture, ici c’est mon petit blabla.

Saviez-vous que j’étais une fille assez impulsive et qui plus est impatiente ? Je ne pense pas. Aujourd’hui , j’ai décidé de partager avec vous le tout premier roman que j’ai écrit. Ça faisait quelque temps ( 1 semaine à peu près) que l’idée trottait dans ma tête car j’étais frustrée de laisser dormir cette histoire dans mon tiroir ordinateur. Je vous disais dans cet article que j’avais terminé le premier jet et actuellement je suis en pleine correction de celui-ci. L’idée est de vous dévoiler trois chapitres par semaine de ce bébé que j’ai mis plus d’un an à concevoir. Je vous le confie avec toute l’anxiété que peut ressentir une mère à l’idée de confier la prunelle de ses yeux.

Comme je vous le disais dans ma présentation, je suis une femme éclectique qui apprécie énormément d’influences. Contrairement à Je n’ai pas oublié qui est un thriller psychologique un peu sombre Épouse-moi ! est une romance. Vous allez y découvrir, Cynthia, une jeune femme qui malgré une position confortable fait l’objet de moqueries de ses proches parce que pas mariée. La pression du mariage est un sujet qui me tient particulièrement à cœur et sur lequel je souhaitais m’étendre car j’ai vu bien trop de femmes brisées à cause d’elle. Je ne vous en dis pas plus, je vous laisse découvrir les aventures de Cynthia.

Je vous partage également la couverture que j’ai faite avec la magnifique illustration de Vashti Harrison qui est une illustratrice américaine hyper talentueuse. Je vous invite à découvrir son travail qui est vraiment hallucinant. Il est temps que je cesse mes bavardages pour vous révéler le 1er chapitre : Un de moins.

Bonne lecture !

Crédit illustration : Vashti Harrison

Un bouquet de freesias blancs et de roses mauves dans les mains, Edna se tenait dos aux femmes qui s’étaient rassemblées au milieu du parc. Chacune avait retenu son souffle, prête à s’élancer à l’assaut de son bouquet tant convoité. Les derniers rayons du soleil irradiaient sa peau couleur terre de sienne que son décolleté plongeant dévoilait.

Cynthia avait une sainte horreur de cette coutume mais pour l’amour de sa sœur, elle avait accepté de jouer le jeu. Lorsque l’animateur avait convié toutes les femmes à s’approcher pour le traditionnel lancer de bouquet, elle s’était alors jointe à l’armée de talons aiguilles et de gambettes qui s’étaient pressés derrière Edna.

Cynthia, se concentrait, à présent, sur chacun des mouvements de sa sœur. “Quitte à jouer le jeu, autant le faire à fond et arracher ce bouquet” pensa-t-elle. Edna, après plusieurs feintes, s’était enfin décidée à jeter le trésor. Une boule de feuillages et de fleurs au camaïeu violet s’éleva alors dans les airs. Cynthia tenta de suivre le bouquet des yeux mais éblouie par les dernières lueurs du jour, elle avait manqué sa trajectoire. Elle eût beau agiter les bras, elle ne se heurta qu’aux autres prétendantes au bouquet qui avaient également bondi.

La petite cousine de Cynthia, les yeux pétillants et un large sourire sur les lèvres, tenait, triomphante, le bouquet de freesias dans les mains.  Elle avait bien un amoureux dont elle parlait de temps en temps mais il était peu probable qu’à peine âgée de cinq ans elle se marie l’année suivante. Les invitées s’étaient écartées de la petite fille qui contemplait son bouquet. Puis, cette dernière leva les yeux vers Cynthia qu’elle regarda sans ciller. Elle s’avança alors vers elle et lui glissa le bouquet dans les mains.

— Tiens Tata, comme ça Dieu va te donner un mari.

La petite fille entoura alors ses bras chétifs autour des hanches de sa cousine, lui fit un large sourire édenté, persuadée d’avoir accompli sa bonne action du jour.

Cynthia resta interdite au milieu du parc. La spontanéité de sa petite cousine avait déclenché un fou rire général. Elle regarda le bouquet qui s’effeuillait et dont les pétales mourants emportaient un bout de sa dignité. Chaque éclat de rire lui donnait  une furieuse envie de se terrer telle une taupe dans le sol du parc. Elle reprit ses esprits et afficha un sourire gêné. Les regards s’agitaient alors autour d’elle. Certains étaient épris de pitié et d’autres étaient moqueurs.

Elle tourna les talons et s’efforça de ne pas lever les yeux vers les invités. Arrivée au bar où elle s’était réfugiée, elle commanda une coupe de champagne. La petite avait parlé si fort que le serveur avait probablement entendu toute la scène. Ce dernier esquissait un sourire qui ne laissa aucun doute. Elle avait envie de foutre une bonne paire de claques à ce mètre dix d’insolence. Puis, elle se ravisa. Sa cousine pensait bien faire et son geste était empli de tendresse. Le problème n’était pas cette petite fille mais bien les adultes qui se permettaient constamment d’émettre un avis sur sa vie amoureuse.

Sa première coupe n’avait pas tenu deux secondes. Elle en demanda une autre qu’elle descendit tout aussi vite. Elle en était à sa troisième quand Edna se joint à elle pour s’enquérir de son état.

— Ça va ! La rassura-t-elle.

— T’es sûre ? Cette petite vraiment…

— Laisse ça ! Va profiter de ta fête tu le mérites ma Belle, lui somma Cynthia une main posée sur son épaule.

— En tout cas Cyn’, merci pour tout. C’est magnifique ! Tout est absolument parfait et puis ce lieu….

— Chut ! C’est normal, l’interrompit Cynthia. C’est ma petite Didi chérie qui se marie.

Elle avait commencé à lui tirer les joues comme elle le faisait à son habitude, puis elle se souvint du prix exorbitant de son maquillage et retira aussitôt ses doigts. Elle lui lança un dernier sourire et la poussa vers un groupe d’invités.

— Va ! Amuse-toi.

À peine eût-elle prononcé ces paroles, sa sœur disparut, happée par le groupe d’invités qui souhaitaient la féliciter et échanger avec elle.

De nouveau seule avec sa coupe de champagne, Cynthia noya ses pensées dans le mousseux qu’elle sirotait. Une voix retentissante l’interpella l’extirpant de ses pensées. La jeune femme se retourna et aperçut Myriam, la sœur de sa mère qu’elle appelait affectueusement Tata Mimi. Tata Léopoldine qui n’était pas vraiment sa tante mais qu’elle nommait ainsi par respect se tenait également à ses côtés. Si Cynthia appréciait Tata Mimi, elle avait une véritable aversion pour Tata Léopoldine dont la langue aussi salée qu’une morue déversait un flot incroyable de méchancetés. Les deux femmes étaient avec un tonton qu’elle ne connaissait pas.

— Tata Mimi, Tata Léopoldine, Tonton ! Comment ça va ? demanda Cynthia avec le large sourire qui s’imposait.

— Hum ma fille, nous ça va hein ! Toi-même comment tu vas ? Je te voyais courir partout et là t’es toute seule à boire, s’inquiéta Tata Mimi.

— Oh Tata merci de demander moi ça va très bien ? Vous profitez de la fête j’espère ?

— C’est vraiment chic ici hein ! s’écria la voix sifflante de Tata Léopoldine.

Cette dernière balayait le parc du regard et s’arrêta longuement sur le château.  

— C’est un très beau mariage, poursuivit-elle. Et puis le marié c’est un beau jeune homme, bien propre sur lui. Non vraiment je suis fière de ma fille  Edna. Elle a bien trouvé son homme.

Tata Mimi qui acquiesçait aux propos de son amie prit la parole.  

— Tout est parfait ma fille, je te félicite vraiment mais mêle-toi un peu aux autres, lui conseilla-t-elle en redressant une mèche de bouclettes serrées qui tombait sur le visage de Cynthia.

— Tata merci mais ça va aller hein, la rassura Cynthia.

— Attention à ton bustier ma fille, l’avertit Tata Léopoldine en tirant ce dernier vers le haut. “Et puis Mimi a raison tu n’es plus tout jeune hein. À force de rester dans ton coin, tu restes seule. Résultat ta petite sœur qui a cinq ans de moins que toi” et Tata Léopoldine insista bien sur le cinq en agitant ses cinq doigts boudinés devant la face de Cynthia.”Edna qui a cinq ans de moins que toi est mariée avant toi. Ce n’est pas bien ça mon enfant. Il faut te ressaisir. Il y a plein de jolis garçons comme ça qu’on rencontre lors de mariages comme celui-là. Moi-là, Tonton je l’ai rencontré comme ça au mariage de ma tante. J’étais présente, pimpante et je faisais en sorte qu’on me remarque.”

Elle glissa sa main le long de son corps pour simuler une beauté d’antan.

— Ma fille prend du temps pour toi, finit-elle par conclure.

— Hé Léo, doucement ! Tu sais les jeunes filles d’aujourd’hui ce n’est plus comme à notre époque hein ! Elles sont indépendantes. Elles prennent leur temps. Il ne faut pas les brusquer. Elle se mariera quand le temps sera venu voilà tout, défendit Tata Mimi.

Cynthia était incapable de remettre à sa place Tata Léopoldine. La jeune femme s’était contentée de regarder son juge dans les yeux sans ciller et sans la contredire comme si elle accordait une quelconque importance à ce qu’elle débitait.   

— Moi je suis désolée mais je ne suis pas d’accord. Il n’est pas normal pour une jeune femme de rester seule comme ça. Les études c’est bien mais fonder une famille c’est mieux quand tu auras cinquante ans ce ne sont pas tes diplômes qui vont te tenir compagnie mais ton mari et tes enfants. Affaire d’indépendance-là, ce n’est pas pour nous.

— Je suis d’accord avec Léo, ce n’est pas bon pour l’Homme de rester seul même le Seigneur le dit,  intervint pour la première fois le tonton qui venait de sortir de son mutisme.

“Mais de quoi se mêlait-il celui-là ? Qui l’avait autorisé à venir donner son avis insignifiant ? Qui était-il même? “se demanda Cynthia déjà bien éprouvée par les remarques de sa tante.

Cynthia se reprochait d’assister impuissante à son propre procès. Elle manquait clairement de répartie et elle le savait mais ce sujet du mariage dans sa famille était sensible et élever la voix n’aurait servi à rien. Elle se contenta simplement d’acquiescer à ce qu’on lui disait depuis des trois ans maintenant.

Victoire, sa sœur de deux ans son aînée avait lancé les hostilités quelques années plus tôt. Malgré leur proximité d’âge, elles étaient comme chien et chat. Cynthia était bien plus proche d’Edna qui avait cinq ans de moins qu’elle mais avec qui elle partageait un tas de choses. Cette complicité entre les deux cadettes, l’aînée en avait toujours été jalouse. De son côté Cynthia enviait la position de favorite que Victoire occupait auprès de ses parents, elle qui avait toujours eu le sentiment d’être le vilain petit canard. Elle s’était alors alliée avec Edna pour littéralement pourrir l’existence de leur aînée. Victoire endossait à merveille son rôle de jeune fille modèle persécutée par ses sœurs. Cynthia eut beau se démener, elle ne pouvait rien face à la beauté, à la soumission et à la foi chrétienne inébranlable de sa grande sœur. Lasse de lutter, elle s’était alors rabattue sur le seul domaine que Sainte Victoire n’avait pas investi : les études.

Petite, la sainte était déjà très hautaine. Chaque année qui passait enflait davantage ses chevilles déjà pourtant bien grosses : l’obtention de son bac, son baptême, ses fiançailles, son mariage à un futur pasteur, son premier enfant puis son deuxième enfant. A présent, seuls Dieu et son époux se trouvaient au-dessus de Victoire et avaient grâce à ses yeux. Les autres, dépourvus de son standing, étaient bien trop inférieurs. Victoire savait “tenir son foyer” et ne manquait pas de le répéter à chaque occasion. Elle organisait des colloques auprès des femmes et des jeunes filles de sa paroisse. Elle prodiguait ses précieux conseils pour créer un foyer, donc rencontrer un homme, le garder et l’agrandir. Forte de sa popularité, elle s’octroyait donc le droit de venir foutre son grain de sel dans les affaires de sa sœur .

Un soir, Victoire l’avait prise en aparté, le visage grave. Elle avait même refermé la porte de sa chambre, s’était assise sur le rebord de son lit et lui avait saisit la main.

— Tu sais que je t’aime ma sœur ? lui confia-t-elle sans la quitter des yeux.

— Euh…oui, lui répondit Cynthia intriguée, même si il lui arrivait d’en douter parfois.

— Je t’aime Cynthia et je t’avoue que je suis préoccupée par ton avenir, lui confia-t-elle après s’être raclée la gorge.

Tiens donc” pensa Cynthia.

— Comment ça va ? s’enquérit l’aînée.

Cynthia, peu habituée aux élans de tendresse de la part de sa sœur, remuait nerveusement sur  son lit. Venant de Victoire, elle s’attendait à n’importe quel coup bas.

— Écoute, je ne sais pas à quoi tu joues ! Si t’as un truc à me dire alors dis-le clairement au lieu de tourner autour du pot, demanda Cynthia qui s’impatientait.

— Je voulais savoir comment tu allais suite aux fiançailles d’Edna, ça a dû être un coup dur pour toi étant donné ta…ta situation ? confia-t-elle en esquissant un léger sourire.

— Ma situation ? Qu’est-ce qu’elle a ma situation ?

Cynthia posait la question mais elle voyait très précisément où Victoire voulait en venir.

— Ton statut de célibataire endurcie…écoute je comprends que ce soit un énième coup dur pour toi. C’est vrai après tout aucune fille de la famille à part Rubi ne s’est mariée après vingt-cinq ans et toi…ba t’as déjà vingt-six ans passés et…et tu n’as personne…C’est triste ma chérie.

Victoire fit mine d’être compatissante. Ses yeux s’humidifièrent et elle tordait sa bouche au possible. Cynthia en était sûre, à l’intérieur d’elle, sa sœur devait jubiler. Victoire avait raté sa vocation, elle aurait fait une bien meilleure actrice. Cynthia, exaspérée, retira aussitôt sa main.

— T’es sérieuse ? s’insurgea Cynthia au bord de la rupture d’anévrisme. “T’es vraiment une…écoute je suis très heureuse pour Edna et j’en ai rien à foutre d’être célib, mets-toi ça dans le crâne !”

— Mais tu n’as toujours personne dans ta vie ? Même pas un petit copain ? s’interrogea Victoire qui resta impassible face à la veine qui martelait le tympan de sa sœur.

— Mais putain ça ce n’est pas ton problème ! Occupe-toi de ta putain de vie parfaite bordel ! Occupe-toi de ton pasteur, de tes enfants de ton groupe de femmes et FOUS-MOI-LA-PAIX !

— Je comprends finalement pourquoi tu es toute seule ! Qui voudrait d’une femme comme toi, aussi laide de l’intérieur, aussi jalouse, envieuse, vulgaire…une sorcière ?”

Victoire s’était levée du lit toisant Cynthia comme un vulgaire insecte. Une seule parole de travers et la situation aurait pu dégénérer. Les beuglements des deux sœurs avaient alerté leur mère qui se précipita dans la chambre et demanda ce qui se passait entre ses deux filles. Aucune d’elles ne répondit. Victoire finit par quitter les lieux après que Cynthia lui intima à plusieurs reprises de partir. Sa mère se tourna alors vers la cadette et lui lança un regard de reproche. Saint Victoire était immaculée.

Bouleversée par cette première provocation, elle avait raconté son altercation à Edna. Les brimades de sa sœur furent les premières d’une longue série. Victoire en était l’instigatrice, suivie de sa mère et enfin de toutes ses tantes et oncles qui y allaient chacun de leur théorie sur le célibat de Cynthia Sia.

Depuis l’annonce des fiançailles d’Edna, la campagne d’humiliation s’était intensifiée. Le célibat de Cynthia était sur toutes les lèvres . Elle les évitait mais les regards compatissants posés sur elle étaient palpables. Elle les percevait les murmures et les gloussements qui s’élevaient sur son passage. Elle, qui d’ordinaire appréciait de se retrouver en famille angoissait à l’approche d’une fête. Toutes ses cousines étaient casées avec au moins un enfant. Elle était parmi ce lot de ménages heureux, une malheureuse exception qui était l’objet des moqueries. Cette stigmatisation quasi quotidienne avait conduit sa petite cousine à lui tendre le bouquet. Elle ne faisait que répéter ce que les plus grands exprimaient à longueur de journée.

Un soir, elle avait surpris sa mère en pleine discussion avec son père. Elle exprimait la honte qu’elle ressentait à l’égard de la solitude de sa fille. “Toutes ses cousines sont mariées et elle…”répétait-elle sans cesse à son mari qui ne l’écoutait qu’à demi-mot. Puis des soirs, elle l’avait entendue sa mère supplier le seigneur d’anéantir le sorcier qui bloquait son mari. Elle avait étouffé un fou rire. Cynthia avait alors imaginé un homme enchaîné qui se débattait et hurlait son nom.

Elle avait beau avoir fait de longues études, avoir un boulot passionnant qui lui rapportait bien de telle sorte qu’elle puisse participer aux dépenses de sa famille, ça n’était pas assez pour eux. Tant que le précieux n’ornerait pas son annulaire, elle n’était rien chez les Sia . Tous ces sacrifices, toutes ces heures à travailler, son épanouissement personnel. Rien n’avait plus de valeur aux yeux de tous que d’être uni à un mari. Au final, tout dépendait d’une union qui ne dépendait pas d’elle. Les remarques telles que celles de Tata Léopoldine, les moqueries, les jugements étaient devenus son lot quotidien. Elle saturait mais il était hors de question pour elle, de faire un scandale au mariage d’Edna. Elle n’y était pour rien. Elle se contenta  donc d’adresser un large sourire à Tata Léopoldine et d’ajouter :

— Tata les temps sont durs mais on s’accroche et toi Tonton va bien ? Il est toujours autant en déplacement ? J’espère qu’il travaille moins quand même, demanda Cynthia qui savait pertinemment que le mari de Tata Léopoldine était extrêmement volage et que ses nombreux déplacements qu’il mettait sur le compte d’une vie professionnelle chargée étaient en réalité des visites furtives chez son deuxième bureau.

Tata Léopoldine répondit à la provocation de Cynthia avec un regard de travers. Elle repositionna son châle sur ses fortes épaules et tourna les talons. À cet instant précis, Cynthia savait qu’elle se retrouverait au cœur des conversations, se faisant insulter de “vieille fille effrontée” par Tata Léopoldine. C’était un maigre prix à payer à côté de la satisfaction de lui avoir fermé son clapet.

Le reste de la soirée ne fut pas moins pesant. On tenta de la caser à maintes reprises avec différents hommes. Un coup, avec le frère d’un tel, une fois avec l’ami d’enfance d’une autre; puis avec le coiffeur du pote du cousin du marié.

— Regarde celui-là, il est plutôt pas mal non ? “ lança Rubi en direction de sa cousine en désignant un jeune homme qui était de la famille d’Eze.

— Tu ne vas pas t’y mettre toi non plus ? Venant de toi en plus… soupira Cynthia.

— Ouais t’as raison, désolée, je suis conne.

Cynthia regretta aussitôt de s’être emportée contre Rubi qui s’était vexée. Elle payait la note pour toutes les précédentes remarques désobligeantes qu’elle avait dû essuyer. Elle était éreintée et en devenait agressive. Mais comment lui en vouloir ? De nature si joviale, Cynthia sentait peu à peu cette aigreur, qui l’inquiétait, s’installer en elle. Mais comment rester positive ? Quand la Terre entière semble avoir décidé que ta vie était finalement “de la merde” parce que tu n’étais pas passé devant Monsieur le Maire. Ô diable les grandes études, Ô diable les diplômes, Ô diable le bon job ! Tous ces efforts n’effaçaient pas son statut de mademoiselle. Rubi aurait dû comprendre mieux que quiconque la situation dans laquelle elle se trouvait. Sa cousine, victime des mêmes brimades des années auparavant, céda finalement à la pression sociale.

Rubi avait la trentaine passée lorsqu’elle s’est mariée. Avant Cynthia, elle occupait la place de pestiférée, la vieille fille de la famille, celle dont personne ne voulait. Cette vilaine étiquette qui lui collait à la peau renforça sa foi. Après maintes relations amoureuses désastreuses, Rubi avait fini par se résigner et à envisager que son salut se trouverait peut-être sur les bancs du lieu sacré. Elle multipliait les prières, se rendait aux rencontres entre jeunes évangélistes. Elle zieutait les frères entre deux louanges. Elle faisait partie des plus zélées à l’église. Elle était si présente qu’on la soupçonnait d’avoir planté une tente dans le lieu de culte. Elle était la première arrivée le dimanche matin, la plus assidue aux réunions de prière et la plus dévouée dans les actions humanitaires. Selon elle, il y avait moins de risques à “se tromper” en choisissant un mari qui fréquentait l’église. Avait-elle seulement oublié que le serpent se trouvait dans le jardin d’Éden ?

Rubi partit s’enticher d’un homme qui eût à peine à lever le bras et scander des “hallelujah” pour qu’elle lui ouvre son cœur. Ils se sont vus. Ils se sont fréquentés quelques mois et se sont dit « oui » dans la joie et l’ambiance festive qu’on connaît des mariages Sia.

Après le faste et les paillettes, le rideau tomba, laissant place à un mariage désastreux et ignoré de tous. Des disputes, des coups et des trahisons rythmaient la vie du jeune couple. Rubi, désespérée, avait pensé que la venue d’un bébé adoucirait le cœur de son cher et tendre mari. Elle tomba rapidement enceinte.

Si les premiers instants le couple semblait retrouver la sérénité, les couches, les pleurs et les vomis eurent raison des efforts du paternel, qui, peu à peu désertait le domicile familial et son rôle de père pour ne tenir que celui de simple géniteur et colocataire. Rubi s’était confiée  en pleurs, à Cynthia, un soir, où elle était venue lui rendre visite. Elle lui fit jurer de taire les escapades nocturnes de Monsieur, ses rentrées ivres à la maison empestant l’alcool et le parfum suave d’une maîtresse bon marché. Personne n’était dupe et tout se savait très vite dans la diaspora ivoirienne. Les rumeurs allaient bon train et n’épargnaient personne. Elle aurait bien divorcé mais le « qu’en-dira-t-on ? » et la Bible finissait d’enterrer son désir de se libérer d’un mariage dans lequel elle était malheureuse. Aussi, il ne lui restait plus qu’à prier fort pour que Jésus revienne bientôt…

Le mariage de Rubi ramenait Cynthia à la raison quand la pression se faisait trop forte. La mésaventure de sa cousine la persuadait à chaque instant de prendre son temps pour choisir la bonne personne qui partagerait sa vie.

Elle, aussi, avait envie de se marier, de fonder une famille, de partager son quotidien avec l’être aimé seulement ça ne serait jamais de cette façon et jamais parce que ses parents, tantes, oncles avaient décidé que c’était le moment pour elle. Elle voulait que cet engagement soit sa décision. Ils sont tous très drôles, si elle cédait et qu’elle se trompait ? Serait-ce eux qui dormiraient aux côtés d’un être aussi abject que le mari de Rubi ? Serait-ce eux qui subiraient humiliations sur humiliations ? Serait-ce eux dont la joie de vivre et la confiance en soi s’évanouiraient au fil des jours? Non eux, ils se contenteraient de lui prendre la main et de lui déclarer « on va prier pour ton couple ma fille ». Cynthia le savait pertinemment, si elle se précipitait et faisait le mauvais choix, elle serait seule, aussi seule que Rubi pouvait l’être à présent.

Bien qu’elle ne laissa rien transparaître, Cynthia avait bon espoir de rencontrer quelqu’un à ce fameux mariage de plus de trois cents invités. Elle avait fait le calcul.

Parmi ces trois cents quatre-vingt invités, il y a cent soixante-quatorze  hommes. Disons que cinquante sont de ma famille et vingt-cinq sont trop jeunes pour moi. Il me reste donc une centaine de choix. Je devrais bien finir par trouver chaussure à mon pied non ?” pensa-t-elle.

Elle se trouva ridicule au moment même où cette pensée effleura son esprit. Malgré l’absurdité de sa réflexion, il lui arrivait, pendant la soirée, entre deux urgences, de se répéter “cent choix” lorsqu’elle divaguait.  Quand elle croisait le regard d’un homme qui n’était pas son style, elle pensait “un de moins”. Quand un homme avait un comportement rédhibitoire à ses yeux c’était encore “un de moins”. Elle n’envisageait pas de tenir le rôle de maîtresse donc quand un homme portait une alliance ou semblait être en couple, elle l’éliminait “un de moins”. Cette seule idée la faisait doucement rire, ce qui tendait à accentuer son côté un peu “dérangée”. Elle s’était amusée durant la soirée à voir ses possibilités de rencontres s’envoler les unes après les autres. Elle en était à quarante-sept potentiels prétendants quand les lumières s’éteignirent.

Les premières notes de Back at One de Brian McNight retentirent dans la salle, faisant frissonner Cynthia. Elle se revoyait avec sa petite sœur s’égosiller dans leur chambre à répéter approximativement les paroles les plus belles qu’elle n’ait jamais entendues. Elle rêva qu’un Brian débarque, la prenne par la main et l’invite à danser mais personne ne se présenta.

Eze et Edna invitèrent leurs convives à les rejoindre sur la piste de danse. La soirée pouvait enfin commencer. Cynthia prit enfin le temps de souffler. Elle s’était assurée que le DJ, l’un des meilleurs spécialisé dans la musique afro, mette l’ambiance. Il ne lui restait plus qu’à se détendre et à profiter de la fête avec ses proches.

Après quelques déhanchés de coupé-décalé, Cynthia fit une petite pause au frais, à l’extérieur de la salle. Elle inspira un grand coup et s’assit sur une des marches des escaliers menant à la salle de réception. La nuit était paisible et fraîche, seules les basses de la musique au loin en perturbaient la quiétude. La jeune femme fixa un bon moment le bois environnant le domaine, histoire de se ressourcer, de vider son esprit accaparé par lui. Un homme vint perturber sa déconnexion en s’asseyant près d’elle, ignorant tout concept d’espace vital.

— T’as du feu s’il te plaît ? lui demanda-t-il.

Cynthia se tourna vers lui. Deux yeux ronds espiègles la fixaient. Son perturbateur était pendu à ses lèvres attendant impatiemment sa réponse.

— Je ne fume pas désolée, s’empressa-t-elle de répondre.

Il ne parut pas dépité. Cynthia se remit à fixer l’orée du bois. Sentant toujours sa présence à ses côtés, elle comprit qu’elle ne s’en débarrasserait pas de sitôt.  

— Tant pis ! je dois arrêter de toute façon, c’est pas bon pour moi, ajouta-t-il.

Cynthia lança un léger rictus. Elle commençait à grelotter.

— Oh tu fais ce que tu veux ! c’est pas moi qui vais te juger, lança Cynthia.  

— Hum intéressant, des péchés à confesser ?

— Euh…Non, pourquoi ?

— Une femme qui ne juge pas, c’est assez rare non ?

— Si tu le dis, rétorqua Cynthia visiblement agacée d’être importunée par cet inconnu. Lui, plus le vent qui s’était levé, la faisant trembler comme une feuille, il était temps pour elle de retourner dans la salle.

Avant qu’elle ne put se lever et sans qu’elle ne vit son geste arriver, il la prit dans ses bras. Elle fut si proche de lui qu’elle put sentir les relents d’alcool qui se dégageaient de ses pores.

— Ça te dirait que je te réchauffe ? demanda-t-il avec un regard vicieux qui ne laissait aucun doute sur ses intentions.

Cynthia, dégoutée, se dégagea aussitôt de son étreinte et fila à toute vitesse vers le château. Elle pouvait entendre au loin l’individu continuer de brailler.

Un de moins”, soupira-t-elle.

C’est tout pour le moment. La suite est disponible ici. Je vous invite également à lire ma nouvelle Je n’ai pas oublié.

Alors qu’avez-vous pensé de ce premier chapitre ? N’hésitez pas à me donner vos impressions en commentaires.

Crédit illustration : Vashti Harrison

50 réflexions sur “Mon premier roman : Épouse-moi !

    1. Merciii ! J’espère que la suite te plaira également, n’hésite pas à me faire part de tes impressions, de tes ressentis et même de critiques, c’est comme cela qu’on s’améliore.
      Belle soirée à toi,

      J'aime

  1. Hello! J’ai bien aimé ce premier chapître. Sur la forme, il y a quelques coquilles mais rien de méchant. Sur le fond, j’aime bien le sujet étant moi-même victime de cette situation. J’aime le fait qu’elle ne diabolise pas le mariage et continue de croire qu’elle trouvera sa personne. C’est trop tentant de devenir aigrie et rentrer dans un cercle vicieux (qui voudrait d’une femme aigrie pour épouse?).
    Je vais continuer la lecture!

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s