Chapitre 8 : Je veux te revoir

Ça file à une vitesse on en est déjà au chapitre 8. Si vous avez besoin d’une piqûre de rappel ou si vous souhaitez simplement découvrir ce roman. Rendez-vous ci-dessous :

Crédit illustration : Nicholle Kobi

Cynthia demeura interdite dans la salle de réunion. Djibril était censé rester un mois de plus voire deux.  

— Tu comprends mieux pourquoi il fallait qu’on se voit assez rapidement ?

— Oui…et pourquoi quittes-tu plus vite que prévu la mission ?

— Besoin de renfort sur une autre mission pour laquelle mon profil senior est primordial. Mais ne t’inquiète pas. On est pratiquement à la phase finale et je partirais en bouclant un maximum de points. Puis si besoin toute l’équipe de consultants reste la même. Il n’y a que moi qui suis dépêché ailleurs.

Il se rassit sur le siège devant lui et invita Cynthia à en faire de même. Elle s’exécuta et se trouva bien plus proche qu’elle ne l’avait jamais été. Toutes les fois, où elle resta seule en sa présence, elle avait soigneusement évité d’être si près de lui, leurs jambes se frôlant et leurs épaules se heurtant presque.

— Ok, donc aujourd’hui comme tu le sais on en est aux phases de recette.

— Recette ?

— Phase de test, on s’assure que tout est fonctionnel. Voici le détail.

Djibril ouvrit un tableau excel avec différentes actions et fonctionnalités à tester.

— C’est un peu barbare, si besoin Ludovic pourra t’aider sur ce sujet. Normalement, il est déjà briefé et te fera un reporting régulier.

— Donc en principe ça devrait aller non ?

— Oui…normalement ! Si ce n’est pas le cas, je me ferais pardonner autour d’un dîner, promit-il un large sourire aux lèvres.

— Fais gaffe, Nicolas est un gros mangeur, il se pourrait qui te sucre ta paie du mois,  plaisanta Cynthia.

— Je ne pensais pas inviter Nicolas…

— Il vaudrait mieux, c’est lui le DRH et c’est celui qui vous paie généreusement.

— Dis-moi ça te fait plaisir de casser les délires ?

— C’est une seconde nature chez moi.

— Bon de toute façon comme tout se passera très bien je n’aurais pas à me faire pardonner donc vous ne serez pas obligés Nicolas ou toi de dîner en tête à tête avec moi.

— Parfait alors !  

— Tu me détestes à ce point pour ne même pas supporter l’idée de dîner avec moi ?

— De quoi tu parles ?

— Je vois bien que t’as un problème avec moi.

Il avait détourné son regard de son ordinateur pour le poser sur sa voisine. Cynthia eut envie de disparaître sous son siège. Elle l’avait d’abord fixé longuement puis feignit de chercher un document pour se dérober à ses yeux inquisiteurs.

— Bien sûr que non, je n’ai aucun souci avec toi, se défendait-elle les yeux rivés sur son écran.

Elle craignait qu’il décèle dans son regard son attirance pour lui. Elle mit immédiatement ses jambes en retrait.

— J’ai un autre meeting bientôt, je te positionne d’autres points pour qu’on discute des derniers détails à voir ensemble.

Ils rassemblèrent alors leurs affaires et se dirigèrent vers la porte. Ils posèrent au même moment leurs mains sur la poignée. Elle sentit alors un léger frisson parcourir ses membres.

— Excuse-moi, dit-il. Vas-y, je t’en prie.

Il tendit la main pour l’inviter à sortir en premier dans la salle. Cynthia croisa le regard de Djibril. Une petite étincelle, flambant dans son iris qui attisa en elle un feu ardent. Si elle faisait preuve de courage, elle tournerait la poignée, refermerait la porte et lui montrerait des heures durant ce que signifiait s’éprendre de passion

Djibril ouvrit la porte et la laissa passer en bon gentleman. Cynthia avança de quelques pas. Elle se retourna lorsqu’elle arriva à la hauteur de la machine à café. Djibril était toujours planté devant la salle de réunion et l’observait s’éloigner dans le couloir. Elle pouvait distinguer au loin le sourire qu’il lui avait adressé. Il savait que Cynthia ne disparaîtrait pas sans lui jeter un dernier regard.

Cynthia eût à peine le temps d’encaisser la nouvelle que Djibril en était déjà à son dernier jour chez Milagro. Il avait pour l’occasion ramené le déjeuner. Des viennoiseries, des jus de fruits et des bonbons recouvraient le buffet central de l’open space attirant les collaborateurs comme des mouches sont attirées par le miel. Ils s’attroupèrent autour des douceurs pour satisfaire leurs panses. N’apercevant pas encore Cynthia, Djibril se rendit à son poste. La jeune femme tapait frénétiquement sur son clavier.

— T’inquiète, j’arrive tout de suite, je finis juste une prés’, s’empressa d’ajouter Cynthia qui avait senti quelqu’un dans son dos.

Djibril, sans un mot, saisit alors sa main et tenta de la déloger de son siège.

— Non non je t’assure, j’arrive dans deux secondes, lutta Cynthia qui tenait fermement son bureau.

— Tu sais que j’ai acheté spécialement des croissants aux amandes pour toi. Je ne te garantis pas que Nicolas ne s’en soit pas chargé dans deux minutes. Alors ramène-toi.

— Grrr, grogna Cynthia.

L’argument de poids des croissants aux amandes la fit décoller de son siège.

— Oh je rêve, t’es pire qu’une gosse.

Cynthia se contenta de lui lancer un regard noir et de le suivre jusqu’au festin.

— Comment tu savais pour les croissants aux amandes d’ailleurs ?

— Je me suis renseigné, avoua-t-il en lui lançant un clin d’œil.

Cynthia pressa le pas et rejoignit le tumulte au milieu du bureau.

Djibril quitta les locaux de Milagro en début d’après-midi. Cynthia en réunion n’avait pas eu l’occasion de lui dire au revoir. C’est avec tristesse qu’elle découvrit le bureau vidé et nettoyé de Djibril. Elle ne le reverrait probablement plus jamais.

*

Le lendemain matin, Cynthia reçut un mail de Djibril dans sa boîte pro.

Bonjour à tous,

Je suis un peu parti comme un voleur, vendredi dernier, je vous propose donc de nous retrouver autour d’un verre  le 27 février au Studio Z à partir de 19h.

En espérant tous vous y voir,

Excellente journée,

Djibril

Il voulait donc la revoir. “T’emballe pas Cyn, il a envoyé le mail à une bonne partie du service, il y a même Nicolas” se raisonna-t-elle. Elle était heureuse de faire au moins partie des quelques privilégiés qu’il souhaitait retrouver. “Plus que trois jours à tenir” poursuit-elle. Elle avait hâte.

Cynthia s’était reprochée son manque de courage. Edna lui en avait également voulu et l’avait à maintes reprises taxée de dégonflée. Elle l’avait sermonnée, ce pot de départ était sa dernière chance de séduire Djibril.  

Son aubaine arriva assez vite. Le jeudi matin malgré un froid de canard, Cynthia mit une jupe en similicuir qu’elle porta en taille haute, un chemisier blanc. Histoire de choper uniquement Djibril et pas une pneumonie avec, elle prit la sage décision d’enfiler un blazer vert.

Cynthia était tellement impatiente que la journée s’écoule lentement. Elle ressentait chaque seconde de chaque minute de chaque heure. Après avoir levé les yeux vers l’horloge, un millier de fois, cette dernière afficha enfin 18h15. C’est à cette heure précise que Nicolas débarqua au poste de Cynthia.  

—  Tu viens au pot de Djibril ce soir ? Tu ne manquerais pas une occasion de le voir !

— Pardon ?!! Qu’est-ce que tu as dit ? demanda Cynthia les yeux écarquillés. “Il n’a pas osé” pensa-t-elle.  

—  Euh…j’ai dit tu ne manquerais pas une occasion de boire.

—  Ah…j’avais mal compris. reprit Cynthia en souriant pour calmer le jeu. Oui oui je viens. poursuivit-elle. Vous partez maintenant ?

— Ouais on va pas tarder comme c’est au bout du monde ici.

—  C’est juste à Paris. C’est nous qui sommes au bout du monde ! Quand vous êtes prêts à partir tu me préviens.  

Il approuva d’un léger signe de tête et tourna les talons pour retourner à son bureau. Sentant le départ proche, Cynthia partit dans les toilettes se refaire une beauté. Elle se repoudra le nez, remit une couche de mascara, de rouge à lèvres, resserra son push-up et se recoiffa. La jeune femme avait littéralement caché un vanity beauté dans son sac à main.

Un quart d’heure plus tard , la petite équipe de Milagro convié au pot de départ de Djibril démarra des locaux. Elle arriva au bar aux alentours de dix-neuf heures. Le Studio Z était un temple du narcissisme à l’état pur. Des centaines de miroirs revêtaient les murs du bar. De nombreux photobooths avec des thèmes différents étaient mis à disposition pour se prendre en photo. Chaque coin est agencé comme un studio photo professionnel avec des décors irréels. Les coins sont tantôt bleus, puis verts, rouges et même roses. Dans l’objectif du Studio Z, Cynthia avait le sentiment d’être dans la peau d’une mannequin. Elle retira son manteau et balaya la pièce des yeux à la recherche de Djibril. Il était au bar, un cocktail à la main, en pleine discussion avec deux mecs de sa boîte probablement. Il aperçoit l’équipe Milagro et se dirige vers eux tout sourire.

— Nicolas, Cynthia ! Je ne pensais pas que vous viendriez, ça fait plaisir.

Il fit la bise à chacun d’eux. Elle huma la délicieuse odeur boisée nichée derrière son lobe.

— Il y a deux cocktails sympas pour nous : un à base de gin, Ginger beer et citron vert et pour ceux qui ne boivent pas d’alcool un virgin mojito. Tout est au bar ! Profitez-en la première tournée est pour moi.

Il eut à peine le temps de finir sa phrase que Nicolas et les autres membres de l’équipe se ruaient déjà sur le barmaid laissant Cynthia et Djibril seuls.

— Tu ne veux rien boire ? Je l’ai dit c’est moi qui invite.  

— Hum je me laisserai bien tenter par le cocktail à base de ginger beer.

— Je savais qu’il allait te plaire.  

—  …

— Est-ce que je l’ai pensé parce que t’es noire ? Oui j’avoue. Mais je crois t’avoir entendue t’énerver contre le jap qui ne t’avais pas livré le gingembre avec le wasabi la dernière fois.

— Oh merde c’est vrai, avoua Cynthia qui se cacha derrière sa main en repensant à ce moment gênant.

— Je suis content que tu sois là, je n’étais pas sûre que tu acceptes de venir. D’ailleurs, j’ai fait exprès d’inviter les autres pour que tu ne sois pas gêné.

Cynthia laissa échapper un léger sourire et regarda ses bottines.

— Bon bouge pas, je vais te chercher le cocktail.

Djibril revient quelques instants après un autre verre à la main. Cynthia en but une gorgée et fut immédiatement séduite. Il faut dire qu’elle voue un amour inconditionnel au gingembre sous toutes ses formes.  

— Pas mal hein ?!

— Putain ! Il est vraiment bon.

— On ne m’en a dit que des bonnes choses.

— Tu ne l’as pas goûté ?

— Non j’évite l’alcool.

— Hum, t’évites l’alcool ou tu n’en bois carrément pas ?

— Oui t’as bien compris, je n’en bois pas du tout.

— Allez juste une goutte, un petit verre de vin. C’est pas ça qui t’empêchera d’aller au paradis. Qu’est-ce qu’ils peuvent être lourds parfois !

Ils ricanèrent tous les deux

— T’as tout compris ! Chez Milagro vous n’avez pas l’air d’être de gros fêtards alors que chez VWC tout est bon pour se prendre une cuite. Les chiffres, les afterwork, les pots…. Alors quand tu ne bois pas, il faut constamment te justifier. C’est lourd à la fin.

— Je comprends ! Dieu merci pour les virgin mojito alors ! Tu peux donner l’illusion au moins.

— Grave ! Sinon toi ça va ?

— Oui rien de fou dans ma vie, tu sais la routine quoi ! Métro-boulot-dodo !

— On a bossé ensemble sur un projet mais je me rends compte que je ne sais rien de toi. Je ne connais même pas ton âge.

— Si tu sais que j’aime les croissants aux amandes, le gingembre…

— Ouais normal parce que je me renseigne toujours sur ce qui m’intéresse.

— Est-ce que ça veut dire que je t’intéresse un petit peu ?

Djibril n’eût pas le temps de répondre. Un collègue de VWC, visiblement éméché, enroula son bras autour de son cou.

— Hey Djibril, on va se faire un billard avec les mecs, ça te dit ?

— Non ça ira Ludo, merci !

Djibril tentait tant bien que mal de reculer sa tête afin d’éviter l’haleine alcoolisée de son collègue. Une inspiration de celle-ci suffirait à dépasser le taux d’alcoolémie autorisé.

— Allez fais pas ta mijorée. Maintenant que t’as gagné, tu ne veux plus jouer t’as peur de te faire fumer ?

— Désolé Cynthia mais j’ai une réputation à tenir. J’en ai pour dix minutes. Tu ne t’enfuis pas hein ?

Cynthia fit un léger signe de tête. Djibril et son collègue se volatilisèrent dans la cohue. Cynthia, esseulée au milieu du bar, regarda son verre. La jeune femme avait littéralement descendu son cocktail. Elle rejoignit ses collègues au bar pour s’abreuver de nouveau. Cynthia jetait constamment un coup d’œil à sa montre. Dix minutes passèrent et Djibril n’était toujours pas revenu. Elle regarda de nouveau sa montre. Voilà vingt minutes qu’elle attendait son retour et toujours pas de signe de lui. Ce ne fut qu’au bout d’une heure qu’il réapparut, chemise déboutonnée. Il avait visiblement passé soixante minutes à défendre un titre.

— Écoute, je ne vais pas tarder à rentrer j’habite assez loin et je ne dois pas traîner.

—Attends, pas si vite, on n’a même pas eu le temps de finir notre discussion.  

— Tu m’avais dit dix minutes, t’es revenu au bout d’une heure. Je suis crevée.

Cynthia tenait déjà son sac à main au bras et avait enfilé son manteau prête à partir.

— Reste plus longtemps et je te dépose chez toi !

— Dis pas de bêtises t’en aurais minimum pour deux heures aller-retour !

—Si ça me permet de rester plus longtemps avec toi, pas de soucis ! Je pourrais même faire un Paris-Marseille dans la nuit.

Cynthia fut touchée mais ne laissa rien paraître. Elle se contenta de lâcher un petit rictus et retira son manteau. Ils restèrent trente minutes supplémentaires à s’échanger les confidences entre grignotements et cocktails. Les derniers survivants désertèrent peu à peu le bar. Heureusement, il ne restait plus personne de Milagro et le reste des consultants bossant sur le projet Talk était bien trop saouls pour remarquer que Djibril et Cynthia repartaient ensemble.

— Bon je te préviens direct, mes potes trouvent ma voiture pourrie mais moi c’est mon petit bébé. C’est ma première voiture, je l’ai payée à la sueur de mon front, c’est ma petite fierté.

— Pas de soucis, j’en ai vu des voitures pourries dans ma vie.

Djibril s’arrêta aux côtés d’une Citroen ZX rouge bordeaux. Malgré son âge très avancé, elle paraissait en bon état.

— Elle n’est pas pourrie ta bagnole, souffla Cynthia qui était quelque peu rassurée.

— Ouais mais tu sais de nos jours dès que t’as pas une Audi A1 ou une merco ta voiture c’est de la merde.  

Djibril paramétra le GPS. Il crut s’étouffer quand celui-ci annonça plus d’une heure de route pour déposer Cynthia chez elle.

La voiture se stoppa à un feu rouge. Djibril pencha sa tête du côté droit et dévisagea Cynthia. Elle se toucha le nez.

— Quoi ?

— Oui !

— Quoi oui ?!

— J’ai pas répondu à ta question tout à l’heure, alors je te réponds maintenant. Oui tu m’intéresses. Et pas qu’un peu, avoua Djibril.

Le cœur de Cynthia battait si fort qu’on en ressentirait les pulsations à l’autre bout de la capitale. Elle ne lui répondit pas, affichant un sourire béat qu’elle garda tout le long du trajet. Ils profitèrent de l’heure de route pour en savoir davantage l’un sur l’autre. Lorsqu’ils arrivèrent au bas du bâtiment 40, Cynthia connaissait son âge, la ville où il avait grandi, son amour pour GTO, ses samedis matin consacrés au match de foot avec ses potes d’enfance. Il était garé depuis cinq bonnes minutes et Cynthia n’avait aucune envie de descendre de sa voiture. Ils se regardèrent en silence. Il caressa alors sa joue, lentement, puis fit parcourir son pouce sur ses lèvres. Il s’approcha et l’étreignit. Cynthia retint son souffle et s’enfonça dans son siège à mesure que son assaut se faisait plus pressant. La fragrance épicée qui se dégageait de son cou enivra Cynthia. Elle resterait des heures accrochées à son col pour humer ce doux parfum. Djibril déposa ses lèvres sur les siennes et l’embrassa langoureusement. Elle s’abandonna complètement dans ses bras. Elle sentit toute force quitter ses membres un à un. Djibril relâcha son étreinte. Il lui donna un baiser sur le front et s’adossa à son siège. Il tendit de nouveau sa main pour glisser ses doigts sur ses pommettes. Cynthia saisit sa main la pressa contre sa joue et la retira.

— Il faut que j’y aille ! Vraiment !

Elle ouvrit la portière, s’apprêtant à sortir de la voiture.

— Cynthia, l’interpella Djibril

Elle tourna la tête.

— Je veux te revoir, avoua-t-il.

C’est la fin de ce huitième chapitre. Rendez-vous dimanche pour connaître la suite.

Crédit illustration : Vashti Harrisson

4 réflexions sur “Chapitre 8 : Je veux te revoir

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s