7 erreurs à éviter pour écrire un bon dialogue

— Salut toi, ça va ? 

— Ça va et toi ? 

— Ça va. 

Vous vous souvenez de vos conversations MSN angoissantes, vides de sens et qui n’avaient strictement aucun intérêt ? Ce serait triste que vos dialogues ressemblent à ça non ? Alors pour éviter que vos dialogues soient des relents d’échanges MSN, voici les 7 erreurs à éviter pour écrire un bon dialogue de fiction. 

Qu’est-ce qu’un dialogue ? 

Le dialogue est un échange de paroles entre au moins deux personnes. Le dialogue peut impliquer 2,3, 20 ou même 100 personnes, après je ne vous garantis pas que ce soir simple à écrire. 

Naturellement, vous dialoguez tous les jours, à part si vous êtes un ermite asocial reclus au milieu des bois. On a alors l’impression qu’écrire un dialogue c’est bien plus simple que de faire une description. Pourtant, je suis persuadée que vous avez déjà fait l’une des erreurs suivantes. 

1ère erreur : écrire des dialogues inutiles 

Je considère que chaque mot, chaque phrase a son importance dans un roman. Comme pour les descriptions, pour écrire un bon dialogue, il faut que ce dernier soit utile en remplissant au moins une de ces fonctions

  • Éclairer la personnalité d’un personnage 

Un bon dialogue est un échange de paroles et de pensées entre deux protagonistes. Vous auteur, vous n’intervenez pas vous ne faites que retranscrire les mots et pensées de vos personnages. Leurs paroles donc en disent énormément sur eux. Un dialogue est un bon moyen de caractériser un personnage sans forcément l’expliciter. 

Par exemple : 
Adam parcourut des yeux la carte du restaurant et la referma aussitôt. Son choix était tout fait. 

— Alors tu prends quoi ? demanda-t-il à sa copine.  

— Alors je vais prendre le menu…

— Attends…je te coupe tout de suite, je vais pas payer 30 balles le menu pour trois feuilles de salade. Fais comme moi prends juste le plat, ok ? 

— … 

— Non mais t’as vu les prix ?! La prochaine fois je choisis le restau. 

Avec ce court passage, on cerne un peu le caractère d’Adam. Ce dernier est assez autoritaire et surtout radin sur les bords. Le dialogue est un moyen de mettre en pratique le “Show don’t tell”. Ses paroles, ses actes en disent bien plus sur sa personnalité que ce que pourrait dire le narrateur. 

  • Faire progresser l’intrigue 

Un bon dialogue peut faire progresser l’intrigue. Apporter un élément nouveau qui va accélérer le rythme de votre histoire et avoir un impact considérable sur celle-ci. 

Par exemple,

— Commissaire, j’ai du nouveau sur l’affaire Harris. 

La jeune recrue remet au commissaire Diop un dossier qu’il feuillette rapidement. 

— La seule Martha Harris est une octogénaire du Loiret décédée en 1995. Je ne sais pas qui est notre victime mais tout ce que je sais c’est qu’elle ne peut pas être Martha Harris. 

— Une fausse identité ! Reste à savoir pourquoi elle s’est cachée tant d’années. 

Bon c’est un peu cliché, je vous l’accorde mais c’est pour vous illustrer mon propos. Dans ce dialogue on n’apprend que la victime n’est pas qui elle prétendait être. Ce fait nouveau permet de faire progresser l’intrigue. La fausse identité de la victime peut éventuellement expliquer son meurtre. Ce dialogue ouvre une nouvelle piste à suivre pour l’enquêteur. 

  • Susciter de l’émotion

Des personnages réels, vrais font de beaux romans. Le dialogue est un excellent moyen de susciter de l’émotion car c’est le protagoniste qui s’exprime. Ainsi une déclaration d’amour dans un dialogue aura bien plus de poids que dans un discours indirect. 

Je vous prends pour exemple, la mythique déclaration de Mr Darcy à Elizabeth Bennett dans Orgueils et Préjugés de Jane Austen. 

— Vous êtes trop généreuse pour vous jouer de mes sentiments. Si les vôtres sont les mêmes qu’au printemps dernier, dites-le-moi tout de suite. Les miens n’ont pas varié, non plus que le rêve que j’avais formulé alors. Mais un mot de vous suffira pour m’imposer le silence à jamais.

Vous voyez ce que je veux dire ? On est davantage touché par une déclaration dite de vive voix par un personnage plutôt que par “Darcy avoua la furieuse emprise que tout l’être d’Elizabeth avait sur lui”. 

  • Mettre en relief une relation

Étant donné que la discussion se passe entre au moins deux personnes. Un bon dialogue  peut traduire la relation qui lie deux personnages de votre histoire entre eux. Si on reprend l’exemple plus haut d’Adam et sa copine, on voit bien rien, dans leurs petits échanges, que le jeune homme exerce une certaine domination sur sa copine qu’il se permet d’interrompre et à laquelle il donne des ordres sur ce qu’elle doit prendre ou non au restaurant. Le silence de sa copine en dit long également sur l’opression qu’Adam exerce sur elle. Elle n’ose pas le contester. 

Un bon dialogue peut également contenir des non-dits, nos silences peuvent être parfois plus assourdissants que nos propres mots. N’hésitez pas à user de ces procédés pour enrichir votre dialogue

2ème erreur : vouloir submerger le lecteur d’informations 

Je sais, c’est très tentant de vouloir parler à travers un personnage pour rapporter des faits et donner des informations autrement que par la narration, mais c’est une mauvaise idée si vous souhaitez écrire un bon dialogue. Vous allez généralement user d’un subterfuge et prendre possession d’un personnage qui sera miraculeusement le doyen de votre monde, par exemple, et qui saura tout sur tout. Bien sûr, il va bavarder et se lancer dans un monologue, qui en plus d’être ennuyant donnera également un dialogue déséquilibré où le temps de parole n’est pas équitable entre les protagonistes. Le dialogue n’est pas fait pour y mettre un prof d’histoire qui délivrera toutes les infos à votre lecteur. 

3ème erreur : mettre un dialogue pour combler 

Un bon dialogue n’est pas censé combler vos vides ou le manque d’action. Vous risquez d’écrire un dialogue plat, creux qui semble superficiel. S’il ne rentre pas dans le cadre des fonctions que j’ai expliquées dans la 1ère erreur, il vaudrait mieux s’abstenir. Toutefois, sachez qu’en écriture, on peut faire comme bon nous semble si vous tenez à ce dialogue super bien écrit et qui plus est drôle, faites vous plaisir, l’écriture est faite pour ça. 

4ème erreur : le dialogue n’est pas assez clair et cohérent 

Pour écrire un bon dialogue, il faut que ce dernier soit clair.

Après le dialogue utile, qu’est-ce que le dialogue clair ? C’est le dialogue où l’on parvient à identifier les différents intervenants et leurs interventions. C’est lorsque le lecteur n’est pas embrouillé entre les paroles des différents protagonistes.

Pour écrire un bon dialogue clair, il faut que les voix des personnages soient elles aussi claires. Cela ne veut pas dire qu’il faille remettre à chaque ligne le prénom de la personne à laquelle répond votre protagoniste. Il est recommandé d’attribuer des tics de langage à vos personnages qui les rendent reconnaissables.

Personnellement, je ne suis pas ce conseil, pour la simple et bonne raison que c’est compliqué d’attribuer une manière de parler singulière à tous. On peut vite tomber dans des clichés: la fille qui s’exprime vulgairement, celle qui parle avec un argot très prononcé, celle qui parle de manière très soutenue ou celle qui use de franglais. Et au final, ça donne des personnages agaçants et pas vraiment réels. 

Autre point, la cohérence pour écrire un bon dialogue est primordiale. Le vocabulaire doit être adapté aux caractères de vos personnages et être constant. Si un de vos persos a un langage ordurier, il faut que tout au long de votre roman ce vocabulaire reste. Par ailleurs, le vocabulaire doit être aussi ajusté en fonction de la relation de vos personnages. En effet, dans la vraie vie vous ne parlez pas à votre chéri.e comme vous parlez à votre patron. Dans vos romans, le discours du dialogue s’adapte à la situation. 

Dernier point, je suis pour la retranscription d’un langage parlé quite à faire des fautes de langue. Si votre personnage est une personne, qui par exemple, ne parle pas très bien français, dans les échanges qu’elle aura elle fera forcément des fautes. Il faudra alors les écrire comme telles. Cela rendra votre personnage vrai. 

5ème erreur : Ne pas contextualiser le dialogue 

Vos personnages ne sont pas figés et évoluent dans un cadre. ils cuisinent, ils sont dans les transports ou ils boivent un verre en terrasse. Bref, trouvez-leur quelque chose à faire pour éviter qu’ils soient en train de discuter, immobiles et dans une pièce blanche. Leur donner un cadre permet de casser un dialogue bien trop long. Ils peuvent être interrompus par un serveur, une tierce personne ou encore un événement. 

Par exemple, dans un passage Cynthia assiste à un atelier de cosmétique maison avec ses amies, elles sont constamment interrompues par l’animatrice qui ne supporte plus leurs ricanements. Les dialogues sont également entrecoupés par les différentes étapes de production de leur crème. 

La scène est bien plus vivante parce que les filles discutent, s’arrêtent, effectuent quelques manipulations, ricanent, etc… 

Le contexte psychologique dans lequel se trouvent les personnages a également toute son importance pour écrire un bon dialogue. Ce contexte peut être dépeint par leurs mots, mais également leurs gestes, leurs réactions. 

Par exemple, si un mec vient de se faire larguer par texto, il sera d’une humeur massacrante au boulot, il aura envie d’envoyer tout chier et se permettra même d’être insultant envers son patron. 

Notre humeur a une influence sur nos interactions, c’est la raison pour laquelle retranscrire l’état d’esprit dans lequel se trouvent les personnages est intéressant. 

6ème erreur : alourdir votre dialogue en dosant mal les incises 

Une incise est une proposition, généralement courte, insérée dans une autre proposition

“Chut, dit le maître d’école.”

Si vous utilisez le verbe dire, celui-ci sera transparent dans la mesure où notre cerveau est habitué à le lire. En revanche, pour les autres verbes de substitution comme répliquer, déclarer, assurer, etc… leur présence est remarquée et si vous les multipliez la lecture devient dérangeante.

D’où l’importance de les doser intelligemment. Les incises ne sont pas gênantes si elles apportent une information, savoir quel personnage parle, ses émotions par la manière dont il s’exprime. 

“— Regarde ce qu’il m’a envoyé, chuchota la jeune fille à sa voisine”. 

Dans cet exemple, le maître d’école a demandé le silence, la jeune fille continue tout de même son bavardage mais chuchote par crainte de se faire punir.

Si vous rajoutez des incises à toutes les lignes de dialogue, vous l’alourdirez et rendrez votre dialogue indigeste. 

Un bon dialogue comporte quelques incises mais savamment insérées pour ne pas noyer le lecteur et alourdir le style. 

7ème et dernière erreur : ne pas rythmer son dialogue 

Un bon dialogue est un dialogue équilibré. Comme dans la construction de vos paragraphes, vous alternez entre des phrases longues, moyennes et courtes. Ce sera exactement le même principe pour votre dialogue. Écrivez des répliques longues, d’autres plus courtes. Construisez un vrai échange entre vos personnages où le nombre de répliques est également équilibré entre chacun d’eux.  

Voilà vous connaissez à présent les 7 erreurs que vous devez éviter pour écrire un bon dialogue.  Je n’ai pas parlé de la typologie mais sachez que vous devez utiliser des tirets cadratins.

Avez-vous déjà commis une de ces erreurs dans vos dialogues ? 

Crédit photo : Harli Marten, silhouette of two person sitting on chair near tree sur Unsplash

4 réflexions sur “7 erreurs à éviter pour écrire un bon dialogue

  1. J’ai appris beaucoup de choses qui vont m’être utiles grâce à ton article. J’évite à tous prix les dialogues de peur que mon texte devienne trop fade et lourd.
    Grâce à tes conseils, je vais essayer de me jeter à l’eau !
    Encore merci et belle soirée.

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s