Chapitre 15 : C’est si dur à comprendre ?

Il y a la signature mais je ne parviens pas à déchiffrer le nom de l’artiste derrière cette illustration. Si vous avez son nom, n’hésitez pas à l’écrire en commentaire.

Alors ? 

Cynthia était couchée dans son lit lorsqu’elle reçut un premier texto de Bébé qui désirait le retour de son amie sur son dîner avec Astou. 

La cata, je te raconterai. 

Genre ? 

Genre grosse connasse de belle-sœur. Une peste. 

Ah merde ! À ce point ?  

Ouais une sorcière. Je crois que ma tête ne lui revenait pas. À peine arrivée, elle m’a trop mal regardée. Bref, elle ne me veut clairement pas dans la vie de son frère. 

Merde ! Ça me fait chier pour toi ! Il y a peut-être moyen de te rattraper non ? 

Hmm non trop d’hostilité en elle. Je pense que c’est mort ! 

J’avais dit pas de cadeau mais peut-être que ça arrangerait les choses. 

Bébé vu son caractère un cadeau, je suis sûre que ça empirerait les choses. 

J’avoue. En soi, tant que t’as deux points OK sur trois, ça peut encore le faire. Il faut juste garder tes cuisses fermées. Ahah ! Bon chance. 

Elle ne répondit pas au dernier SMS de Bébé par crainte de paraître suspecte même via un échange de textos.

Il ne lui restait plus qu’un seul angle d’attaque sur lequel agir. Quelques minutes sur les réseaux sociaux suffirent à Cynthia pour inonder son profil de vidéos de demandes en mariage, d’inspiration déco pour la table des mariées, de photos alléchantes de wedding cake. Elle s’était inscrite sur plusieurs groupes, laissant des commentaires et aidant les membres à résoudre leurs tracas de location de salle, de traiteur et de DJ. Elle parvint bien à attirer l’attention, pas celle de Djibril comme elle le souhaitait, mais des autres filles de la famille Sia dont les appels téléphoniques ne tardèrent pas à pleuvoir quand elles pensèrent que Cynthia avait une bonne nouvelle à leur annoncer. Elle prétexta alors que c’était pour l’organisation du mariage d’Edna. Djibril avait justement mis tous ces posts dégoulinants d’amour et de niaiseries qu’il avait en horreur sur  le compte de la petite sœur de Cynthia. Aussi, il considéra qu’il n’y avait pas de quoi s’alarmer. 

Aucune des longues perches de Cynthia et de ses lourdes insistances ne trouvaient refuge dans l’oreille de Djibril. Il ne parvenait ou ne voulait déchiffrer aucun message subliminal. 

Un énième soir, où elle se trouvait chez lui alors qu’elle n’était pas censée y être, Djibril lui confia avoir une surprise pour elle. Il se hissa hors du lit et se mit à fouiller dans son sac. Cynthia retint son souffle. Elle s’immobilisa un instant. Si effectivement, il envisageait de faire sa demande là maintenant, un simple caleçon sur les fesses, en lui balançant la bague et quelques banalités, elle le tuerait. Puis, elle se ravisa. Elle serait quand même fiancée. Tant pis pour la demande hollywoodienne. Elle n’en avait jamais rêvé de toute façon. Djibril cherchait frénétiquement l’objet qui semblait être perdu. Il le trouva enfin puis le cacha derrière son dos. Toute excitée, Cynthia se redressa. Djibril s’approcha d’elle, se tenant en équilibre, les deux genoux sur le lit. 

— Je sais que ces derniers mois n’ont pas été faciles entre nous deux. Mais  faut que tu saches que je suis super bien avec toi. On est bien ensemble et je ne veux pas que ça s’arrête. Ça me tue de te laisser partir chaque soir et de ne pas te retrouver dans mes bras chaque matin. 

Les yeux de Cynthia s’embuèrent et son cœur tenu en haleine manquait de lâcher à tout instant. Elle ne rêvait pas. Il était bien en train de lui faire sa demande. Avec des mots simples, certes, mais une demande quand même. 

— Pour toutes ses raisons…poursuivit-il. 

Cynthia s’apprêta alors à hurler un “oui” si fort qu’on l’entendrait jusqu’aux confins de la galaxie. Il sortit enfin l’objet dissimulé derrière son dos. Cynthia ferma les yeux. Lorsqu’elle les rouvrit, Djibril tenait d’une main ferme une brosse à dents.  

— …Cyn’, je veux que tu viennes vivre avec moi ici. Je veux me réveiller chaque matin à tes côtés, partager mon petit-déjeuner avec toi, faire des grasses mats dans tes bras et même faire les courses avec toi. J’ai rangé mon dressing, la salle de bain pour que tu aies ton côté ! Tu pourras même modifier la déco si tu veux. 

Cynthia venait de faire une chute libre du trentième étage dans l’ascenseur émotionnel. La bouche grande ouverte, son regard alterna entre le sourire idiot de Djibril et les poils souples de l’objet. Elle loucha sur la brosse à dents et se mit à rire nerveusement. Il avait osé prendre une marque distributeur en plus, elle qui ne jurait que par les Signal. 

— Chérie ! 

Cynthia rit de plus bel. Elle se rassit sur le lit, hilare. Elle ne parvenait plus à réfréner ce rire nerveux qui lui sciait les côtes. Elle en avait les larmes aux yeux. Des larmes probablement empreintes de fausse joie et de tristesse. Djibril, inquiet et conscient que la surprise n’eût pas l’effet escompté ne sut quoi faire. 

— Une brosse à dents, s’esclaffa Cynthia. 

Elle passa une main sur son visage. 

— Tu te fous de ma gueule Djibril ? 

— Attends je suis perdu là. T’es pas contente ? 

Elle arracha alors la brosse à dents de la main de son copain. 

— Je devrais être contente de ça ? Une brosse à dents ! 

Cynthia brandit l’objet de la discorde. 

— Attends, t’arrête pas de te plaindre de ta mère, de chez toi. Tu me dis que ça te saoule et que t’as envie de te casser. Tu ne peux même pas rester avec moi le soir parce qu’il faut que tu rentres avant minuit. Et puis je pensais que tu voulais un signe d’engagement fort. La brosse à dents, c’est juste pour le délire. 

— Mais c’est pas cette brosse à dents de merde le problème ! Vociféra-t-elle balançant l’objet à travers la pièce. 

—  Putain Cyn’ tu veux quoi à la fin ? Tous tes grands discours c’était pour que je m’engage non ? Venir vivre avec moi c’est pas assez ? 

Il essaya de la prendre dans ses bras. Elle le repoussa. 

— Je veux que tu m’épouses bordel ! C’est si dur à comprendre ? 

Djibril baissa la tête. Il pensait avoir enterré cette histoire absurde de mariage. 

— Écoute Cyn, je peux pas.  

— Tu ne peux pas ? Pourquoi ?

— Putain, on n’en a déjà parlé n fois, je ne peux pas c’est tout. 

— Dis plutôt que tu ne veux pas. 

— Oui je ne veux pas ! Et quoi ? Tu vas me forcer ? Je comprends pas ce délire que t’as avec le mariage. On est bien tous les deux, pourquoi tu veux compliquer des choses simples ?  

— Et toi pourquoi tu continues à faire comme si tu ne comprenais pas ce qui compte réellement ? Est-ce que tu penses sincèrement que je vais quitter la maison de mes parents pour venir vivre avec toi ? 

Ils se regardèrent tous les deux, ne se comprenant plus. L’un dévisageait l’autre comme si le temps passé ensemble les avait transformés. Ils ne se reconnaissaient plus. 

— Si c’est vraiment ce que tu veux, alors il vaut mieux qu’on en reste là. 

— Djibril… 

—  Je suis désolé mais je peux pas. 

— … 

—  Ce que tu cherches, je ne peux pas te le donner Cyn. 

Djibril traversa la chambre. Cynthia ne le quitta pas des yeux, abasourdie par ce qu’il venait de lui annoncer. Djibril ramassa la brosse à dents et la jeta, d’un geste las, à la poubelle. 

— Est-ce que tu veux que je te raccompagne quand même ? Lui proposa-t-il. 

—….

— Cyn, si t’as besoin que je te raccompagne…je peux…je peux le faire hein.  

— Non…je me débrouillerais, répondit Cynthia la gorge nouée par les sanglots qu’elle étouffait. 

— Ok, je sors. Je reviens dans une heure. À mon retour, je veux que tu sois partie. 

La froideur de ces dernières paroles lui glaça le sang. Elle avait alors ramassé en dix minutes toutes ses affaires. Cynthia s’effondra dans le uber qui la ramena chez elle. Elle fut prise de quelques sanglots, persuadée qu’au bout de quelques jours, il s’excuserait et que tout redeviendrait comme avant. 

Elle avait attendu un premier jour, puis un deuxième. Une semaine s’écoula et elle n’eût toujours pas de nouvelles de Djibril. Elle mit alors sa fierté de côté et tenta de le joindre. Sans succès. Il ne répondait ni à ses messages d’excuses, ni à ses proses enflammées ni même à ses messages vocaux pleins de sensualité. Au bout de trois semaines, Cynthia comprit qu’elle l’avait définitivement perdu. Du jour au lendemain, il l’avait rayée de sa vie. Il ne lui avait suffi que de cliquer que sur un seul bouton pour faire disparaître l’existence de Cynthia Sia.

Au départ, Cynthia eut très mal. Djibril planait comme un spectre au-dessus de sa vie. Que faisait-il ? Avec qui était-il ? Avait-il refait sa vie ? Elle avait chaque jour une pensée pour lui. Puis, le temps fut son meilleur allié et lui permit de panser ses blessures. Un matin, elle se leva et s’aperçut que cela faisait trois jours qu’elle n’avait pas pensé à lui, que la seule évocation de son nom ne lui provoquait plus de spasmes. 

Il aura fallu un an. Un an avant qu’il n’envoie ce fameux texto égoïste « besoin de te parler”.

C’est tout pour ce chapitre. La suite est disponible ici.

Que pensez-vous des réactions de Cynthia et Djibril ?

8 réflexions sur “Chapitre 15 : C’est si dur à comprendre ?

  1. Hi. Je t’avais dis que je lirai. J’ai lu et j’adore. Je ne vais plus prendre de livres avec moi pendant un moment pour rattraper toutes l’histoire.
    Merci de ce partage. Très belle plume. Continue! Et j’espère que tu seras publié .

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s