Chapitre 19 : C’est une question de respect

Les quatre amies arrivèrent aux alentours de vingt-et-une heures à la gare de Dijon Ville. La nuit était déjà tombée mais les lumières qui éclairaient les rues laissaient deviner une ville au charme pittoresque. Cynthia pensait que le gang des moutardes les accueilleraient à la gare Mais cette dernière était aussi déserte qu’une boîte de nuit en plein après-midi. Bébé se remettait doucement de la terrible nouvelle et Cynthia, ne souhaitant pas l’accabler davantage , se refusa à lui demander de faire le guide. Elles allaient devoir compter sur le GPS pour se rendre dans la villa cosy qu’Emma avait réservée pour le week-end. Après trente minutes à arpenter les rues piétonnes du centre-ville dijonnais, à retourner sur leurs pas au moins une vingtaine de fois, les filles arrivèrent enfin à l’adresse indiquée. 

La bâtisse du XIXème siècle, de pierres taillées et de briques, était nichée au détour d’une ruelle et dissimulée derrière un épais feuillage. Adjoua saisit les clés et ouvrit le portail en fer forgé dont le crissement avait probablement alerté tout le voisinage. Elles entrèrent dans la propriété et en firent le tour. C’était une demeure agréable qui alliait modernité et tradition, ornée d’une jolie arrière-cour parsemée de fleurs, dont on ne distinguait, dans la nuit noire, que la fragrance.  Bien qu’elles aient une aversion pour Emma, les filles reconnaissaient qu’elle avait bien géré la location et que le lieu était tout simplement magnifique. Faty et Bébé, fatiguées du trajet et alourdies par la tonne de chocolats qu’elles avaient engloutie, ne souhaitèrent pas continuer la visite inopinée de l’extérieur de la villa. 

— Allez on rentre, je suis crevée, dit Bébé. 

— Ok on verra tout ça demain. Tiens la clé de la maison. 

Adjoua balança le trousseau de clés à Bébé qui le réceptionna en haut des petites marches pour accéder à la villa. Elle ouvrit la porte puis pénétra à l’intérieur de la maison. Le reste de la bande lui emboîta le pas. Étrangement, la demeure était vide et plongée dans le noir. Bébé tâtonna plusieurs fois le mur à la recherche d’un interrupteur. Faty alluma alors la torche de son téléphone pour éclairer le long couloir bordé de commodes. 

— On dirait le début d’un film d’horreur

— La ferme Adjoua ! 

— Aïe ! Hurla Adjoua  

— Quoi encore ?! Demanda Faty  

— J’ai cogné une de ces foutues commodes.  

— Pourquoi vous chuchotez ? 

— Bonne question !

Elles entrèrent dans le séjour. La pièce s’illumina. 

— Surpriiiiiiiiiiise ! crièrent en choeur cinq filles qui avaient surgi de derrière le canapé manquant d’achever Faty d’une crise cardiaque. 

Les cinq filles, qui arboraient toutes un t shirt où était inscrit en police scripturale rose Team Bride Petit Grain de Riz, se ruèrent sur Bébé laissant en retrait Adjoua, Faty et Cynthia, assister à leurs séances de câlins intempestifs. 

— Je croyais que le gang des moutardes c’était trois meufs ? 

— Ouais moi aussi, répondit Faty.  

— Alors c’est qui les deux autres ? 

— Bonne question !

— Et pourquoi elles ont toutes un t shirt ? 

— La question, c’est plutôt pourquoi elles ont toutes un t shirt et pas nous ? Demanda Cynthia. 

— Les pétasses ! 

Une grande brune aux cheveux courts et aux lunettes rondes sauta dans les bras de Bérénice, un large sourire sur le visage. Son embrassade faussement émue fut plus longue que celle des autres. Pas de doute, c’était Emma. Cynthia la reconnut grâce à sa photo de profil sur les réseaux. Après leur overdose de bisous, les amies d’enfance se décidèrent enfin à saluer leurs ennemies virtuelles devenues bien réelles. 

— Salut les filles ! Ça fait tellement plaisir de vous voir, s’écria Emma. Vous avez fait bon voyage ? 

Quel hypocrite !” pensa Cynthia, si Bébé n’avait pas été dans ce train elle était certaine qu’Emma aurait souhaité qu’il déraille. 

— Oui, répondirent en chœur les filles affichant à leur tour un sourire aussi naturel que la plastique d’une playmate.  

Elles ne s’appréciaient pas c’était un fait; mais pourquoi prétendre être les meilleures copines ? Elles pouvaient tout simplement, par respect pour Bébé, avoir une relation cordiale : “bonjour”, “au revoir” et quelques croches-pied discrets. Bébé s’éclipsa aux toilettes, l’occasion parfaite pour Cynthia d’éclaircir cette affaire de t shirt. 

— Emma, ils sont où nos t shirt ? 

La grande brune plaqua une main devant sa bouche puis poussa un cri d’horreur digne d’une actrice de telenovela. La performance était si mauvaise que Cynthia se demandait si ce n’était pas de la provocation.

— J’ai complètement oublié de vous demander vos tailles, poursuivit-elle. 

— Donc on n’a pas de t shirt ? 

— J’en ai bien peur, confirma-t-elle en prenant un air faussement coupable. 

— C’est une blague ? s’énerva Adjoua prête à lui décocher une gifle. 

— Mais oui je plaisante ! dit Emma en dévoilant toutes ses dents. 

L’amie d’enfance de Bébé tira de son sac trois minuscules t shirts qu’elle tendit aussitôt aux filles. 

— Les voilà ! J’ai pris que du S par contre, vous les Parisiennes on vous connaît. 

— … 

Adjoua échangea des regards de satisfaction avec Cynthia. Il y aurait eu du sang et des larmes si elles n’avaient pas eu le droit à leur t shirt Petit Grain de riz. Elles étaient à deux doigts de déclencher une guerre mondiale pour un simple haut d’EVJF, moche qui plus est avec un surnom dégueulasse. Il ne manquait plus qu’un combat en string ficelle dans la boue et elles auraient été le parfait cliché de pimbêches écervelées. “Oui mais c’est bien plus qu’une simple histoire de t shirt, c’est une question de respect “ se convainc Cynthia en l’enfilant. Elle prise d’une soudaine envie de vomir à sa vue. Ce surnom, elle l’avait en horreur.  

Lorsque Bébé les rejoignit, Emma lui enfila une écharpe des miss de beauté et coiffa sa chevelure d’un diadème. 

— Alors ce soir Petit Grain de Riz ! Dit Emma en essayant de coincer une mèche de cheveux rebelle sous la nouvelle coiffe de Bébé. 

Cynthia toussa rendant hilares Faty et Adjoua. Elle croisa le regard désolé de Bébé qui avait envie de creuser un petit trou pour s’y cacher.   

— Ce soir, ma petite, on va tester tes connaissances sur ton futur cher et tendre époux. Alors salsa ou salsa ? 

— Quoi ? Demanda intriguée Bébé. 

— La règle du jeu est simple, je vais te poser une vingtaine de question sur Paul, sa vie, etc… et tu vas devoir y répondre. Si tu as la bonne réponse, tu nous sors ton plus beau déhanché de salsa. Si t’es à côté de la plaque, il faudra que tu en prennes une cuillère à café de la sauce salsa bien relevée qu’on t’a préparée. On commence ? 

Bébé excitée et nerveuse à la fois se prêta au jeu. Sur vingt-quatre questions, elle eût vingt bonnes réponses. Le déhanché de salsa, bien que fait avec cœur, était légèrement rouillé. Elle s’était plantée sur le nom de la grand-mère de Paul et s’en voulait terriblement, son film préféré, le premier livre qu’il avait lu, le nombre d’enfants qu’il souhaitait. Apeurée, elle s’était rendue compte qu’il lui restait approximativement dix ans pour faire cinq enfants tout en essayant de mener une carrière de front. Les quatre cuillerées de sauce salsa épicée que Bébé avait dû ingurgiter lui enflammèrent les joues. Elle but des litres d’eau et tira successivement la langue pour apaiser sa bouche en feu. Elles avaient bien ri. Le jeu ne s’arrêta pas là. 

— Bien joué Bérénice ! Vingt bonnes réponses c’est pas mal. On peut dire que tu le connais Paul. Maintenant, es-tu sûre que toutes tes copines, ici présentes, te connaissent bien ? 

Emma se tourna alors vers les sept autres filles et leur posa à tour de rôle des questions sur Bérénice. Ce fût le tour d’Adjoua.  

— Aja…

— Adjoua, rectifia-t-elle. 

— Oui désolée, Ajia 

Cynthia avait remarqué que son amie fulminait. Elle lui lança un regard pour la calmer et la convaincre de laisser tomber une bataille qu’elle savait vaine. 

— Sais-tu d’où vient le surnom Petit Grain de riz de Bérénice ? 

La question avait amusé le gang des moutardes qui ne tardaient pas à glousser devant la mine déconfite d’Adjoua qui n’avait strictement aucune idée de l’origine de ce surnom débile. Cynthia qui en connaissait la raison tourna sa tête vers Bébé dont les joues avaient légèrement rougi. 

Beaucoup de gens l’ignoraient mais Bébé devait ses yeux en amande et sa peau hâlée à ses origines philippines. Petite, sa mère lui parlait tagalog, enduisait ses cheveux de jais de jus d’aloe vera et lui donnait une part de bibingka, le matin avant d’aller à l’école. Elle râlait si elle s’apercevait que Bébé en prenait plus d’une. Eurasienne non identifiée, jusqu’à ses six ans, Bérénice échappa à la méchanceté des enfants envers ceux qui étaient différents. Elles venaient d’emménager dans ce petit village de Bourgogne lorsqu’un jour, sa mère vint la récupérer devant la grille de l’école primaire.  C’est à partir de cet instant que cette différence la marqua au fer rouge dans ce nouvel établissement. 

Le lendemain matin, les premières questions condescendantes fusèrent : “c’est vrai que ta mère c’est une chinoise ?” “Et pourquoi t’as pas les yeux comme ça toi ?” en prenant bien soin de tirer à outrance leurs yeux. Jonathan Hubert, elle se souvenait encore de son nom, décida après avoir jugé qu’elle mangeait tous les jours du riz comme tous les Chinois, de l’appeler Petit grain de riz. Elle n’était plus Bérénice mais Petit Grain de Riz. Un autre grain parmi les milliers d’autres grains de riz identiques à leurs yeux. Personne, hormis elle, ne s’en était offusqué. Ce petit surnom, que même les amies d’enfance de Bébé trouvaient attendrissant, l’avait suivi son enfance et son adolescence . Arrivée au collège, à l’heure où chacun cherche à se forger une identité, elle avait évité que la sienne ne soit de nouveau associée à la chinoise de service. Elle cessa de parler tagalog et évita de se montrer en public avec sa mère de peur qu’on ne découvre son vilain petit secret. La relation tumultueuse qu’elle entretenait avec sa mère à cette époque l’y avait aidée. Au final, ce surnom elle n’y échappa qu’en fuyant à Paris après l’obtention de son bac. 

Elle s’était confiée un soir à Cynthia après un cours de géopolitique houleux. Elles avaient trouvé l’une comme l’autre une oreille attentive qui n’avait pas cherché à minimiser leurs blessures et leur sentiment d’injustice. Cynthia, qui avait longtemps été protégée de la violence de la  différence entre les quatre blocs de son quartier, subissait les affres d’un mal qu’elle ne connaissait pas. Bébé avoua qu’elle avait tenté une fois d’en parler à Emma. Cette dernière, lui avait lancé qu’elle abusait et que ce petit surnom trop mignon n’avait rien de raciste. Elle n’avait pas lutté. C’était peine perdue. Emma ne semblait pas avoir retenu la leçon et Cynthia en fût désolée pour Bébé. Le gang des moutardes hurlait de rire en entendant Emma raconter pour la millième fois l’histoire du surnom petit grain de riz. Faty et Adjoua, attérées, lancèrent des regards gênés à Cynthia puis à Bébé. Elles ne comprenaient pas leur silence et celui de Bébé qui ne se contentait que de retrousser légèrement ses lèvres . Pas de scandale. Alors elles se turent. Aucune ne voulait gâcher la fête. 

C’est la fin du chapitre 19. Découvrez la suite ici.

En attendant qu’avez-vous pensé de ce chapitre ? Qu’auriez-vous fait à la place des filles ?

4 réflexions sur “Chapitre 19 : C’est une question de respect

    1. Coucou merci pour le commentaire ça fait plaisir 😊 pour la longueur des chapitres c’est vrai que je les ai raccourci pour ne me concentrer que sur des scènes. Mais oui je vais essayer d’être plus bavarde 😉

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s