Chapitre 24 : Pour une fois que t’as ton petit privilège

— Cyn-thia ! Cynthia ! 

Elle parvenait enfin à s’endormir quand sa mère entra en furie dans la chambre. Décidément, chaque membre de sa famille débarquait dans son intimité sans y avoir été invité. Cynthia songea à suspendre une pancarte do not disturb comme dans les hôtels. Ou encore, coller des stickers délimitant la chambre de Cynthia comme une zone à ne pas franchir telle une jeune en pleine crise d’adolescence ; mais elle savait pertinemment que les notions d’intimité et de respect de la vie privée étaient inexistantes chez les Sia. Sa mère lui rappellerait que tant qu’elle vivait sous son toit, s’éclairait à son électricité et se lavait grâce à son eau, elle devrait se plier à ses règles. Autrement, la porte était grande ouverte. D’ailleurs, elle prenait un malin plaisir à ouvrir réellement celle de l’entrée quand l’une de ses filles se sentait pousser des ailes. 

— Oui maman ! répondit Cynthia la voix encore enrouée. 

— J’ai croisé la vieille dame du 12e, tu sais celle que je vois souvent quand je vais au marché le samedi. 

— Oui et ? 

— Et tu sais ce qu’elle m’a dit ?

Épuisée, Cynthia s’était de nouveau assoupie. 

— Lève-toi ! hurla sa mère. 

— Quoi ? 

Cynthia se réveilla en sursaut. 

— Où étais-tu hier soir ? 

— Je t’ai prévenue que je bossais pour un cours très important. 

— La dame du 12e t’a vue sur une moto avec un garçon. Je n’aime pas ça Cynthia. Je n’aime pas ça du tout. 

Et merde, pensa Cynthia. La vieille voisine du 12e avait au moins quatre-vingts ans. Impossible qu’elle ait aperçu quoi que ce soit de chez elle. Que foutait-elle dehors à minuit passé alors ? Était-ce important ? Vraisemblablement, sa mère était au courant que Cynthia était bien avec Vincent et rien que pour ça elle aurait des problèmes. 

— Tu m’entends ? Je ne t’ai pas envoyé à l’école pour que t’ailles courir les rues avec des garçons. 

— Maman, je travaillais. Le temps est passé trop vite, il n’y avait plus de trains et donc il a gentiment proposé de me raccompagner. S’il n’avait pas été là, j’aurais dormi sous un pont. 

— Tu mens, elle t’a vu l’embrasser. 

— Quoi ? 

Face à ce mensonge éhonté, Cynthia avait bondi hors de son lit. 

— Mais c’est faux maman, je te jure, poursuivit-elle. 

Face à la réaction de Cynthia, le visage de sa mère s’était détendu. Elle venait une fois de plus d’user d’une de ses stratégies préférées : prêcher le faux pour savoir le vrai. 

— Hum, bon je te crois, mais évite de rentrer trop tard.

— O… OK. 

Sa mère quitta la pièce. 

Ce sursaut d’adrénaline avait maintenu Cynthia éveillée. Impossible pour elle de retrouver le sommeil. Elle regarda alors son téléphone et vit un message de Vincent. Il la remercia pour l’agréable soirée passée ensemble et l’assura d’être bien rentré chez lui. Elle ne sut exactement pourquoi, mais ces quelques mots la firent sourire. Depuis son entrée à Sciences Po, elle avait sympathisé avec beaucoup de personnes, mais ces relations restaient très superficielles. Pas de coups de cœur amicaux, de fou rire ou encore de complicité, mais des conversations futiles, des verres dans le nez et quelques soirées écourtées pour espérer attraper le dernier train. Elle n’avait pas réellement d’amis et pourtant on lui avait juré qu’elle vivrait les meilleures années de sa vie. Cynthia voyait en sa relation avec Vincent l’aube d’une belle amitié. Une amitié solide, une amitié de celles qui ne meurent jamais et qui ne souffrent ni des affres du temps ni de ceux de la distance. Ils avaient parlé politique, économie et même philosophie, étaient sur la même longueur d’onde sur bon nombre de sujets et en désaccord sur d’autres. Elle avait hâte de le retrouver dimanche pour la préparation de leur exposé. 

Ce dimanche matin, elle échappa au culte bien que sa mère l’ait priée de reporter sa séance de travail. Cynthia finit par rétorquer qu’autrement elle devrait dire au revoir à sa carrière de ministre. La jeune femme avait toujours fait miroiter à sa famille un statut social prestigieux pour s’affranchir de son devoir dominical. Après tout, quelques présidents français avaient été formés dans son école. 

Cynthia, à présent, connaissait par cœur le chemin de la station de métro jusqu’à l’appartement de Vincent. Elle avait emprunté cette route plusieurs fois et s’était repérée grâce aux diverses boutiques de luxe. Attirée par la vitrine d’une boulangerie, elle y acheta des chouquettes. Cette délicate attention lui avait coûté un bras, mais qu’importe, elle souhaitait attaquer cette journée de boulot en douceur. 

Lorsque Vincent, blafard, ouvrit sa porte d’entrée, Cynthia tout sourire brandissait le paquet de chouquettes encore chaudes. 

— J’ai apporté le petit-déj. 

— Oh merci ! dit Vincent qui s’empara aussitôt du sachet.

Cynthia pénétra dans le studio de Vincent. Le lieu qui était d’ordinaire rangé ressemblait à un champ de bataille. Un champ de bataille opposant des soldats sciences-pistes tombés ivres morts au combat. Des bouteilles de bière vides et quelques déchets jonchaient le sol. Un paquet de chips renversé siégeait au milieu de la pièce. Cynthia manqua d’en écraser quelques-unes. Des traces de chaussures avaient laissé des marques noires sur le sol. Sur la table, deux gobelets en plastique étaient remplis de balles de ping-pong ne laissant aucun doute sur leur jeu phare de la soirée. Une tonne de vaisselle emplissait l’évier empêchant Cynthia d’en apercevoir le fond. Une vieille odeur qui avait imprégné le canapé-lit flottait dans l’air. Cynthia avait même décelé des notes de cannabis. L’état du studio expliquait mieux le teint blême de Vincent.  

— Désolé pour le bordel, s’excusa Vincent agenouillé qui ramassait les derniers détritus. 

— Pas de soucis. 

— J’ai fait un petit apéro avec des potes de Sciences Po hier soir et ça a un peu dégénéré.  

— Ah, lança Cynthia, une pointe d’amertume dans la voix. 

Elle s’était bercée d’illusions avec cette histoire d’amitié naissante. Elle n’était qu’une camarade de classe avec qui il travaillait le temps d’un exposé, rien de plus. Il se pourrait même que leur devoir terminé, ils ne gardent plus aucun contact. Étrangement, cette pensée lui fit un pincement au cœur. 

— Et t’es d’attaque pour bosser alors que t’as fait la fête toute la nuit hier ? 

— Oula qu’est-ce que t’imagines là ?  La fête, c’est un bien grand mot. Il y avait juste trois potes de l’école. On a fait un beer pong d’où le bordel. Je ne me suis pas pris une cuite non plus. Je range deux, trois trucs et on s’y met. 

Vincent lui avait suggéré qu’ils se répartissent chacune des sous-parties pour garder un rythme dynamique. Il était hors de question que les auditeurs s’endorment devant son exposé. Il s’était assuré d’une alternance de la prise de parole intéressante. Il débuterait avec une accroche humoristique façon british, enchaînerait sur l’énoncé et la définition des termes toujours sur fond d’humour britannique ouvrirait au débat sur sa problématique et sa collègue Cynthia Sia prendrait la suite. Il avait répété son entrée. Il s’était exercé à jouer plusieurs classiques de la culture britannique. Il avait mimé une première version aristocratique où il s’évertuait à allonger outrageusement chacune de ses voyelles ; une version tragédie shakespearienne où il accompagnait ses paroles de grands gestes comme s’il se produisait dans un théâtre;  version Mr Bean, où chaque phrasé donnait lieu à une grimace et même version James Bond, où il avait usé du champ lexical de l’espionnage et accéléré sa diction pour y mettre du suspense et de la tension. Tous les costumes que Vincent avait enfilés firent rire Cynthia aux éclats. Son tour venu, elle se sentait incapable de faire preuve d’autant de dérision. Elle avait déjà du mal face à lui, alors dans quel état serait-elle le lendemain devant l’œil réprobateur de ses camarades de classe ?

— C’est mort, jamais je ferais ça ! La honte. 

— Quoi t’es en train de dire que je m’affiche là ? 

— Mais non, mais toi, ça te va bien, t’es drôle enfin c’est toi quoi, moi, ça sonnera trop faux et je serai hyper mal à l’aise. 

— T’as déjà fait du théâtre ? 

— Non ! Enfin, si… vite fait au collège, mais c’était une heure par semaine avec ma prof de français. 

— Tu serais mal à l’aise pourquoi ? 

— Parce que… 

— Parce que… 

Vincent s’assit près de Cynthia. 

— À cause des autres, j’ai peur qu’on me juge. 

— Séreux qu’est-ce que t’en as à foutre du regard des gens ? 

— Facile à dire. 

— Le jour où tu apprendras à t’en détacher, crois-moi, tu seras beaucoup plus épanouie. 

— Facile à dire, toi t’es légitime… toi t’es à ta place… toi c’est carrément ton monde. 

Vincent soupira. 

— Tu viens de ZEP et alors ? Ouais t’es rentrée avec un traitement de faveur et alors ? Certains sont nés avec une cuillère en argent dans la bouche, ont déjà une carrière toute tracée et penses-tu qu’ils sont gênés ? Non. Est-ce que tu penses que je suis gêné parce que ma tante peut me filer son appart ? Non. Alors pour une fois que t’as ton petit privilège ne te sens pas gênée pour les autres. Ce monde est aussi le tien vu que tu as intégré Sciences Po et il faudra t’y faire. On peut bosser sérieusement maintenant ? 

— Oui, balbutia Cynthia. Je vis ma vie. Rien à foutre de ce que pensent les gens. 

— Ba voilà. Même si j’ai l’impression que tu n’y crois toujours pas. 

— Si je t’assure…

Ils s’étaient regardés un instant. Vincent lui avait alors souri et Cynthia sentit ses joues chauffer. 

— Pour… euh… en revenir à l’exposé, j’ai une préférence pour la version aristo, bafouilla Cynthia. 

— Mouais, huit minutes en parlant comme un lord, je pense qu’on va mourir et les autres auront envie de nous tuer à la fin de l’exposé. La version James Bond ? Ça te dit ? En plus, on pourrait jouer le jeu à fond, moi en smoking et toi en robe noire façon James Bond girl. On serait un putain de couple.

Il avait plongé ses yeux dans les siens en lançant cette dernière phrase. Cynthia n’avait pu masquer sa gêne. Elle était à la fois flattée et embarrassée. Aussi loin qu’elle se souvienne, elle n’avait jamais été douée pour flirter. « Était-ce même un flirt ? » pensa-t-elle. Elle ne voulait pas être de ces filles à s’imaginer une romance dès la première attention. Il avait juste eu envie de la complimenter. 

— On irait bien ensemble, lança Vincent. Enfin… je parle de l’exposé bien sûr, rectifia-t-il. 

— Euh… on continue de bosser… 

Cynthia avait détourné son regard du jeune homme et faisait mine de chercher quelque chose dans son sac. Ils avaient repris l’entraînement et la trame. Peu avant midi, leur pitch était bouclé. Leur enchaînement bien huilé. Leur exposé bien chronométré. Ils en étaient persuadés, ils allaient tout déchirer.

*

Cynthia avait passé la veille au soir et le lendemain matin dans sa salle de bain face à son miroir à répéter son exposé. Elle ajustait ses mimiques, haussait le ton, se déplaçait en récitant son argumentaire à la manière des grands orateurs. Elle dégageait une certaine prestance dont elle était fière. Dans vingt ans, elle se voyait bien siéger à l’ONU. Parfois, ces prises de paroles étaient entrecoupées des images de Vincent qui l’assaillaient. Elle apercevait de nouveau le regard chaud de Vincent sur elle et la douceur de ses mots quand il lui disait qu’ils feraient un beau couple. Cynthia haussait la voix quand Vincent venait la perturber dans ses révisions. 

Elle repassa la robe noire que Rubi lui avait prêtée, puis elle l’emballa avec soin et mise dans un sac. Il était hors de question qu’elle se promène en tenue de soirée, échasses aux pieds pendant un trajet d’une heure trente. Elle serait ridicule. Puis par ce froid, elle serait bonne pour choper la crève. Elle se changerait dans les toilettes de l’école quelques minutes avant l’exposé. Puis, elle prit le train, élégamment coiffé d’un chignon bas si plaqué qu’il lui avait étiré ses yeux déjà bien en amande. 

Vincent et elle s’étaient donné rendez-vous à la cafétéria pour répéter une dernière fois leur numéro. À ce niveau-là, il ne s’agissait plus d’un simple exposé, mais bien d’un spectacle. Ils se sont sentis fin prêts et ont éclaté de rire. 

Vincent n’avait pas encore enfilé son smoking, mais arborait une coiffure qui lui donnait une sacrée allure. Sa longue chevelure ébouriffée avait laissé place à une coupe courte nette, des cheveux impeccablement peignés et ramenés avec élégance derrière l’oreille. Il suivait la pure tradition de l’espion au nom de code 007. 

— Bon ba on est prêt. On se change dans les toilettes et on se retrouve à la péniche ? 

— OK j’en aurais pour un quart d’heure à peu près. 

— Un quart d’heure ! C’est une robe de mariée que tu vas porter ?

— Non, je dois me maquiller aussi, mais t’inquiètes pas, je fais ça vite. 

Cynthia se vêtit rapidement et réalisa un smokey eye pour un regard séducteur. Si elle n’était pas elle-même, elle aurait envie d’embrasser son reflet. Elle enfila sa paire de chaussures et se rendit à la péniche. Elle avait cinq minutes de retard par rapport au temps qu’elle avait prédit. Vincent dans son beau smoking parfaitement taillé attendait au milieu, les yeux rivés sur sa montre et s’immobilisa lorsqu’il l’aperçut. Cynthia s’avançait vers lui dans une élégante robe noire dont le décolleté en V dévoilait la naissance de ses seins. Perchée sur ses escarpins, elle s’élança vers Vincent dans une démarche chaloupée. 

— Ça te va bien, avoua timidement Vincent. 

—  Merci toi aussi, avait-elle répondu un large sourire aux lèvres. On est au top. 

— Tu vois ? Je t’avais dit qu’on ferait un beau couple…

— …

— Il faut qu’on y aille, Cynthia. 

Cynthia avait le ventre noué et la respiration haletante en se rendant dans leur salle de cours. Elle avait du mal à marcher et ne parvenait pas à sortir le moindre son de sa bouche. Elle avait senti tous les regards sur eux lorsqu’ils traversèrent les rangées pour rejoindre leurs places : les regards amusés, les regards moqueurs, les regards intrigués, les regards affligés. Malgré tout, Vincent gardait la tête haute, pas une once d’embarras ne se lisait sur son visage. Il n’y avait aucune honte à ressentir, il avait raison sur toute la ligne. Et puis, une attitude de victime ne rendrait pas honneur à cette robe élégante, ce chignon distingué et ce smokey eye renversant. Cynthia se redressa. Elle garda la tête haute et marcha avec toute l’assurance qu’avait eue Halle Berry en sortant de la mer. 

Ce jour-là, trois groupes devaient présenter leurs exposés. Le duo d’espions était le dernier groupe à se présenter. Ils assistèrent donc aux exposés de leurs autres camarades. Le premier groupe était un cas d’école de tout ce qu’il ne fallait pas faire à un oral : lire ses notes, les yeux rivés sur sa feuille, avoir fait approximativement des recherches entre deux sources Wikipédia, le fond comme la forme était catastrophique et la note s’en ressentirait probablement. Cynthia avait plusieurs fois remarqué le professeur lever les yeux aux ciels, exaspéré. Le deuxième groupe avait le fond, mais la forme n’y était malheureusement pas. Les yeux qui ne quittaient pas les notes. Une voix tremblotante, inaudible et un ton monotone qui faisaient décrocher les auditeurs au bout de trois minutes d’exposé. Cynthia avait fait un effort surhumain pour rester concentrée tout le long de leur oral.

Le cœur de Cynthia ne fit qu’un bond lorsque le professeur les appela. Vincent, ayant perçu son angoisse, lui glissa quelques mots d’encouragement à l’oreille et lui caressa la main discrètement sous la table. Ce simple geste l’avait rassurée. Elle s’avança triomphante sur le devant de la scène. Même le regard interrogateur du professeur qui avait baissé ses lunettes sur son nez ne la fit pas douter. Elle ne se concentra que sur Vincent et lui seul. Heureusement, il était le premier des deux à parler. Cynthia était subjuguée. C’était comme s’il avait fait ça toute sa vie. Il occupait l’espace en se déplaçant la main dans la poche. Il glissait deux, trois blagues dans le thème qui firent rire l’assemblée. Il captivait l’auditoire. Cynthia avait balayé la salle de son regard et ils étaient tous en train d’écouter attentivement Vincent. Elle aperçut même un petit sourire au coin des lèvres du professeur. Puis vint son tour. Son discours, elle l’avait récité parfaitement de nombreuses fois dans sa salle de bain. Alors, elle s’imagina devant le miroir de chez elle et déroula son exposé. Elle ne le vit pas, mais le sentit le regard fier et rassuré de Vincent. Euphorique, elle s’était même permise une pincée d’humour. Cynthia fut soulagée lorsque Vincent conclut leur exposé. Finalement, ce ne fut pas si terrible. La vie paraissait plus douce avec de la confiance. 

Le professeur se leva et prit la parole. 

—  Merci ! Ma foi que de créativité ! Je pense que de toute ma carrière vous avez fait l’exposé qui m’a fait le plus rire. Cependant, nous ne sommes pas là pour ça. Sur la forme, vous méritez clairement des applaudissements pour vos talents d’acteur. Songez à une reconversion si jamais Sciences Po ne vous convient pas. En revanche, sur le fond, vous avez bien su cerner la problématique, mais j’aurais apprécié le parallélisme entre le système français et le Britannique. Vous ne vous êtes concentré que sur la Grande-Bretagne sans jamais questionner, critiquer leur fonctionnement ou le nôtre. Vous voyez ce que je veux dire ? 

Ils ne saisissaient que trop bien ce qu’il entendait. 

— Mais ne vous inquiétez pas la note devrait vous plaire, mais s’il y avait eu ce petit point elle serait encore meilleure. Vous pouvez retourner à votre place. 

Des regards de soutien et de félicitations avaient remplacé ceux du début de cours. Cynthia se sentait fière d’elle. Elle n’avait pas foutu en l’air son exposé. Elle se tourna vers Vincent. 

— Tu vois ? Je te l’avais dit, lui reprocha-t-elle.  

— Ouais je sais, désolé j’aurais dû t’écouter. 

— Mouais, j’accepte tes excuses. 

— Mais si t’avais un peu plus confiance en toi, tu convaincrais le monde Cynthia et tu m’aurais convaincu. Mais, chaque fois que tu proposes une idée, tu dis, « je ne sais pas », « peut-être », « ça se trouve ». C’est con, si tu ne crois pas toi-même en ce que tu dis comment veux-tu que les autres y croient ? 

— … 

Il avait raison encore une fois et Cynthia le savait. 

Le reste du cours, elle eut du mal à se concentrer sur la voix du professeur. Elle pensa de nouveau à la paume de Vincent posée sur sa main et sentit cette même chaleur diffuse parcourir son corps. Il lui avait souri de temps en temps et murmuré quelques mots à l’oreille. 

À la fin du cours d’institution politique, ils restèrent quelques instants devant les portes de l’amphi.   

— Bon et bien mademoiselle Sia, mission accomplie. Ça a été un plaisir d’avoir été votre partenaire. 

— Plaisir partagé monsieur Héron. 

Ils éclatèrent de rire puis se regardèrent attendant que l’un d’eux se décide à tourner les talons. 

— On se reverra en cours, lança Vincent. 

— Ouais. 

— Et puis si tu en as envie, tu passeras à l’appart pour qu’on parle bouquin ou autre chose. On peut même mater un film si ça te dit.  

— OK, sourit Cynthia. 

Ils se firent alors la bise. Une bise plus longue, plus tendre, plus appuyée que les précédentes. Une bise qui exprimait des sentiments que les mots ne parvenaient à prononcer. Cynthia le regarda s’éloigner et repensa à la première fois où Vincent et sa touffe bouclée s’étaient éclipsés vers la cafétéria.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s