Chapitre 31 : Je te connais par cœur Cynthia Sia

Crédit illustration : Nicholle Kobi

Je n’ai pas arrêté de penser à toi. 

Ce simple message avait décoché à Cynthia un sourire radieux. Elle se mordit les lèvres et répondit aussitôt.  

OK

Elle se trouvait ridicule, le portable coincé contre son menton à attendre qu’il daigne lui répondre. Quelques instants des fragments de souvenirs la ramenaient à la dure réalité. Il l’avait trompée. Il était le seul être sur Terre à avoir mis son cœur en mille morceaux. Elle l’imaginait retirer la robe de cette naïade allemande, puis couvrir de baisers son corps nu et ferme. Elle entendait Hilde gémir le nom de son ancien amour. Oui, elle se trouvait ridicule de retourner dans les bras affûtés de Vincent.  

Comment as-tu eu mon numéro ? 

. Cyn, je ne l’ai jamais effacé parce que j’ai toujours espéré que toi et moi ça reparte comme avant. Je descends ce soir à Lyon, et toi ? Si tu veux, on peut se voir.

Cynthia regarda l’heure, son train pour Paris était dans deux heures. Même si elle le désirait, elle ne prendrait pas le risque de le rater. 

Désolée, pas le temps, et ça ne m’intéresse pas de toute façon. 

Elle n’aurait jamais pu lui répondre avec tant d’aplomb face à lui. Le SMS confère ce pouvoir de cacher des sentiments, de taire une voix frémissante. 

Pourquoi t’es si froide ? 

Je regrette ce qui s’est passé entre nous. 

C’est pas l’impression que tu m’as donnée hier soir. Je ne vois pas pourquoi tu regrettes quelque chose dont tu mourais d’envie. 

Génial, c’est ce que tu te disais quand tu m’as trompée avec Hildeuh ? Ça t’aide à moins culpabiliser. 

C’est horrible, mais ouais. 

Bien Vincent. 

Mais c’est également ce que j’ai pensé quand on s’est embrassés. J’en avais envie depuis que je t’ai vu courir sur le parvis de l’église. 

Ses lèvres s’étirèrent, laissant découvrir toutes ses dents. Elle secoua la tête ; hors de question qu’il devine qu’il avait ravivé des sentiments longtemps enfouis. 

Oui, et ? 

Et je te veux Cyn. Je passe trois jours à Lyon et je remonte à Paris jeudi matin et j’y reste trois semaines. Et ces trois semaines, je veux les passer avec toi. 

Hors de question. 

Tu vas le regretter. 

Non. 

Si je te le dis, je te connais par cœur Cynthia Sia. 

Non, et moi je bosse, donc tes trois semaines tu vas les passer solo. 

Tu résistes parce que t’es derrière ton portable. Tu me supplierais de recommencer si j’étais face à toi. 

Peut-être, mais t’es pas là et je prends le train tout à l’heure donc… bonne continuation Vincent. 

 On verra. À jeudi ! 

Sa présomption agaçait Cynthia, mais la flattait également. Elle ne doutait pas que face à lui et à ses deux perles noisette braqués sur elle, elle fondrait littéralement. Dieu merci, elle n’aurait plus jamais à le revoir. Ce baiser avait été un aveu de faiblesse et il s’en servirait pour l’attirer de nouveau dans ses bras. Elle le garderait en tête comme l’excipit de leur romance passée. Un livre qu’elle pourrait définitivement refermer. 

Le silence de Cynthia intrigua ses compagnons de route. Adjoua scrutait du coin de l’œil le regard vide de son amie. 

– Ouh Ouh Cyn. Adjoua remua les mains devant Cynthia. 

— Ouais, marmonna la jeune fille sortant de sa rêverie. 

— Ça va ?  

— Ba besoin de plus d’explications, ça t’a bouleversé de revoir Vincent. 

Cynthia releva la tête et exhiba le même regard que celui d’un enfant dont on aurait découvert la bêtise. Faty reposa le bout de gâteau qu’elle avait entamé. 

— Non, Cyn, non tu n’as pas fait ça, scanda Adjoua. Ce mec est un gros connard. 

— Si… on s’est embrassés. 

— Ah ! soupirèrent en cœur les deux amies. 

— C’est rien ça ! Tant que t’es pas passée à la casserole, poursuivit Adjoua. 

— Bon de toute façon, j’compends pas pourquoi tu te tracasses avec ça. Il vit en Chine donc… 

— Ouais, il retourne en Chine dans un mois et il veut qu’on se voie. 

— Et toi t’en as envie ? demanda Faty. J’ai toujours espéré que vous vous remettiez ensemble. Vous étiez trop mignons. 

— Pardon ?! Euh… il l’a trompée, s’indigna Adjoua. Elle n’a pas intérêt à repartir avec sinon je la tue. 

— Il a fait une erreur. Et puis tous les mecs sont infidèles un jour ou l’autre. 

— Donc Faty, tu fais partie de cette team-là ? Tu pars du principe que l’homme avec qui tu es mariée va aller voir ailleurs. 

— Franchement je ne me fais pas d’illusions au moins quand ça arrivera, je serais préparée. 

— C’est horrible ce que tu dis… 

— Faty, crois-moi t’es jamais préparée à ça, jamais…, dit Cynthia en baissant la tête.  

— Tu veux le revoir ? demanda une dernière fois Adjoua qui espérait une réponse négative. 

— Putain non ! Il m’a brisé le cœur ce connard. 

— Oui, ça, c’est ma copine, se réjouit Adjoua en prenant Cynthia dans ses bras. Elle tira la langue par la même occasion à Faty qui regardait le spectacle, altérée. 

— Mais le problème c’est que depuis hier soir je n’arrête pas de penser à lui, c’est ouf, je n’en ai pas dormi cette nuit. 

— C’est normal, ça t’a perturbé de te retrouver face à lui, mais ça te passera vite. 

— Sincèrement Cyn, si t’as envie de le voir fais-le ! 

— C’est le conseil le plus nul que tu pouvais donner Faty. 

— Si ce n’est que pour de la chaleur humaine, pour moi aucun souci. Depuis qu’elle a rompu avec Djibril, elle n’est sortie avec personne. 

— C’est pas une raison pour retourner avec cet ex-là, c’est mort elle n’arrivera jamais à se détacher de lui sinon. C’est hyper malsain. 

— Les filles, je ne compte pas le revoir. Le débat est clos, conclut Cynthia. 

— Mais si tu… 

— Chut ! Débat clos elle a dit. 

Cynthia rabattit le caquet de ses amies et de sa conscience. Trois semaines, juste trois semaines avant qu’il ne quitte le pays. Trois semaines avant qu’il ne quitte définitivement sa vie. Elle s’en croyait capable. 

*

La première pensée de Cynthia le jeudi matin fut pour le déjeuner gourmand qu’elle envisageait de se préparer. Puis le baiser langoureux de Vincent se glissa entre deux visions de crêpes au nutella. Il serait à Paris aujourd’hui. Il l’avait avertie la veille d’un simple SMS « demain je suis tout à toi » auquel elle n’avait pas répondu. Ce silence ne le dissuada pas pour autant. Vers l’heure du déjeuner, il l’avait prévenue de son arrivée à Paris. Il s’amusait à lui décrire les différentes étapes de sa journée. Vincent et ses messages occupaient tant son esprit qu’elle s’en était rongé les ongles tout l’après-midi.  

Cela faisait quelques heures que Vincent ne lui avait pas envoyé de textos. Elle était déçue. Elle attendait le récit de ses aventures comme on attendait le prochain épisode d’une série. Mais elle ne reçut aucune nouvelle, son absence comme sa présence la perturbaient. La journée avait été improductive, brouillée par les assauts intempestifs de Vincent dans sa tête. Elle regarda sa montre. Plus que quelques minutes et elle pourrait fuir cet open space morose et rentrer chez elle. Elle visionnerait des clips devant lesquels elle danserait pour éviter de penser à lui.  

Cynthia sortit du bâtiment et réfléchissait aux chorégraphies qu’elle reproduirait. Elle constituait sa playlist d’afrobeat quand elle vit Vincent adossé contre la grille d’entrée. Il était de dos, mais elle le reconnut aussitôt. Son cœur s’emballa. Elle voulait rebrousser chemin, mais c’était le seul accès à la gare. Elle aurait pu retourner au bureau si elle n’avait pas en horreur l’open space. Elle marcha donc d’un pas ferme, décidée à l’affronter. « Non » se répétait-elle. Elle avança lentement. Par chance, il en aurait peut-être marre de l’attendre et il s’éclipserait avant qu’elle n’atteigne la grille. Encore trois, deux puis un mètres. Elle s’immobilisa. Elle était plus fébrile que sous le perron. Il n’en ferait qu’une bouchée. Vincent enfouit ses mains dans ses poches et se retourna. Ses fossettes se creusèrent et ses yeux s’illuminèrent quand il l’aperçut. Il s’avança vers elle et la prit dans ses bras.  

— Tu m’as manquée, dit-il. 

Cynthia était abasourdie.

— J’ai quelque chose pour toi. 

Ses doigts renfermaient un petit écrin qu’il tendit à Cynthia. 

— À quoi tu joues Vincent ? demanda Cynthia en dégageant de sa main droite la boîte. 

— Cyn’, c’est juste un cadeau pour toi. Prends-le. 

— J’en veux pas. 

— OK, t’es pas obligée d’accepter. Mais c’est dommage, c’est de l’ambre comme tu aimes.  

— Qu’est-ce que tu veux Vincent ? 

— Je te l’ai déjà dit ce que je voulais. Passer les trois semaines qu’il me reste à Paris avec toi. 

Il avait considérablement réduit l’espace entre son visage et le sien. Elle pouvait sentir son souffle se rompre. Il approchait dangereusement sa bouche et elle avait une furieuse envie de s’en saisir. Elle tenta de se dégager de cet espace étouffant. Il lui agrippa le bras et l’entraîna vers lui. Il posa son front contre le sien. Elle était bien trop fiévreuse pour lui résister. Ils en avaient conscience tous les deux. Cynthia se hissa alors sur la pointe des pieds et l’embrassa. Vincent attrapa sa taille et pressa un peu plus son corps contre le sien. Ils restèrent une dizaine de minutes à entremêler leurs lèvres. Cynthia sentit un désir ardent grimper en elle. La main que glissa Vincent sous sa blouse déclencha un florilège de sensations. Elle en avait presque oublié qu’ils se bécotaient à l’entrée de son boulot. Soudain, elle reprit ses esprits. 

— On… on doit partir ! Des collègues pourraient me voir. 

— Tu veux qu’on aille chez toi ? 

— Chez moi ? 

Elle éclata de rire. 

— Je vis toujours chez ma mère, la tête qu’elle ferait si je débarquais avec toi. 

— Je voulais pas te proposer ma chambre d’hôtel parce que… 

— Parce que ça fait pute. 

— Ce n’est pas moi qui l’ai dit. 

— Mais tu l’as pensé si fort que je l’ai entendu. De toute façon, je ne viens…

Il l’embrassa de nouveau. 

— Je… je…   

— Suis-moi.  

Il avait refermé ses doigts sur les siens. Elle s’imprégna de la chaleur que dégageait sa paume. Elle avait quelque chose de réconfortant et de familier. Son instinct lui hurlait de fuir, mais son cœur la ramenait constamment à lui. Elle songea à déguerpir à maintes reprises. La première fois fut quand il l’entraîna avec lui. Puis, quand elle partagea la banquette arrière du taxi avec lui, une autre fois, lorsqu’il glissa sa main sous sa blouse dans l’ascenseur de l’hôtel, enfin, quand elle se dirigea vers sa chambre dans les couloirs faiblement éclairés de cet hôtel. À de nombreuses occasions, elle avait été rappelée à l’ordre, mais ses jambes refusaient d’obéir.

7 réflexions sur “Chapitre 31 : Je te connais par cœur Cynthia Sia

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s