Chapitre 32 : Qu’est-ce que t’as récupéré ?

Crédit illustration : @wrngoxe sur Pinterest

Après cette soirée-là, Cynthia s’était juré que cette erreur ne se reproduirait plus. S’il y avait bien une chose que la jeune femme avait du mal à respecter, c’était bien les promesses. Les serments qu’elle s’imposait étaient aussi fragiles qu’une branche d’arbre prise dans une bourrasque. Elle les rompaient aisément. L’erreur dont se morfondait Cynthia se produisit chaque soir depuis que Vincent Héron posa le pied à Paris. 

Dès 18 h 30, Cynthia répétait le même schéma absurde. Vincent l’attendait en bas de chez Milagro, puis leur commandait un taxi. Certaines fois, il l’invitait au restaurant, mais la soirée s’achevait par la même issue fatale : une chambre d’hôtel que Cynthia, les papillons dans le ventre, quittait aux alentours de 23 h. Elle s’était convaincue qu’elle ne faisait qu’égayer des nuits bien trop froides depuis sa rupture avec Djibril. Mais lorsque Vincent lui avoua qu’il ne l’avait jamais oubliée et qu’il n’avait jamais aimé quelqu’un comme il l’avait aimée, elle devina très vite que ses sentiments, à elle, venaient s’en mêler. Elle en avait toujours été persuadée, il était l’homme de sa vie. Comme dans un film romantique après plusieurs histoires, ils avaient fini par se retrouver ; destinés à être ensemble. 

Cynthia avait gardé ses envolées nocturnes secrètes. Personne ne comprendrait qu’on retourne dans les bras de son bourreau, un syndrome de Stockholm affectueux que seuls ceux qui en étaient atteints entendraient. Faty, peut-être, serait celle qui la soutiendrait. Son amie avait toujours espéré que leur couple se reformerait. Mais Adjoua et surtout Bérénice, qui avait été la plus virulente vis-à-vis de Vincent, ne l’accepteraient pas. À cause de la douloureuse histoire de ses parents, la jeune femme avait horreur de la trahison et des mensonges qui l’enrobaient. Alors, quand Cynthia reçut le message de Bébé sa poitrine se serra. 

Cyn, il faut qu’on parle. 

Pas de smiley ni de nouvelles sur son voyage de noces. Des mots froids sans saveur. Ce message sonnait comme une injonction. Bébé était-elle au courant ? Elle tenta d’en savoir plus. 

Ça va ? Rien de grave, j’espère. 

Non, mais il faut qu’on parle, tu serais dispo demain ? 

Ouais 

Super, 19 h aux grands boulevards.

Elle avait une sensation étrange. 

Le lendemain Cynthia rejoignit Bébé sur le quai de la ligne 9. L’attitude de son amie lui confirma qu’elle était très certainement au courant de son aventure avec Vincent. Bébé, qui avait toujours un sourire au coin des lèvres, avait cette fois le visage fermé, les traits durs comme si elle s’était injecté une dose conséquente d’acide hyaluronique. Même son bronzage tout frais ne la rendait pas plus aimable. 

— T’es sûre que ça va Bébé ? demanda Cynthia. 

— Ouais, tu viens ? On va se poser dans un bar sympa que je connais, pas loin. 

Elles marchèrent en silence, slalomant entre les Parisiens pressés. Les terrasses étaient bondées de personnes profitant des derniers rayons de soleil de l’été indien.

— C’est mort, on ne trouvera aucune place en terrasse. Ce bar, ça te tente ? 

— Ouais tout me va. 

Les deux jeunes femmes s’engouffrèrent dans un lieu de fortune qu’elles avaient trouvé. La devanture paraissait tomber en ruines, mais Bébé semblait déjà agacée d’avoir perdu dix bonnes minutes à la recherche d’un endroit où se poser. Son amie ne voulait ni boire ni manger, elle souhaitait juste parler ou se livrer. Cynthia avait du mal à distinguer entre les deux. Tout ce dont elle était certaine c’était que Bébé suintait le malaise.

Après avoir commandé une pinte pour Bébé et un cocktail pour Cynthia, elles s’installèrent à l’une des dizaines de tables libres.  

— Alors, qu’est-ce qui se passe ? s’empressa de demander Cynthia qui s’impatientait.

— Écoute, je suis au courant pour Vincent et toi, lança Bébé d’un ton grave que Cynthia avait très peu entendu. 

Les seules fois où son amie avait pris cette voix-là, c’était pour se confier sur l’histoire de ses parents et sur la mauvaise note d’exposé qu’elles avaient eu en cours par sa faute. 

Elle savait qu’elle aurait droit au sermon de Bébé. Cynthia baissa la tête, telle une condamnée, résignée, en attente de sa sentence.

— Comment t’es au courant ?

— …

— Paul, bien sûr. Écoute, je… je sais déjà ce que tu vas me dire, mais Bébé, je te jure, j’ai essayé, mais je n’y arrive pas. 

— Tssst. Cynthia, t’inquiète pas. Je ne suis pas là pour te juger. 

Bébé posa sa main sur la sienne ce qui rassura la jeune femme.  

— Il retourne en Chine dans une semaine donc…

— Cyn’, t’es heureuse, là ? l’interrompit-elle ? Cette relation te fait du bien ? 

Cynthia esquissa un sourire.  

— Putain, pas sur ce plan-là ! Tu le sais bien que cette histoire ne te mènera nulle part. 

— Peut-être que si. Il m’a avoué que j’étais la seule qu’il n’ait jamais aimée. On va peut-être se remettre ensemble. J’en ai le sentiment. 

Bébé secoua la tête, puis leva les yeux au ciel, exaspérée par le discours de Cynthia.

— Cyn’, tu te fais du mal, il faut vraiment que t’arrêtes. 

— Je croyais que tu n’étais pas là pour me juger. 

— Je suis ton amie et je ne veux que ton bien. 

— Tout va bien donc c’est bon ! Je gère, tu n’as pas à t’inquiéter. 

Elle but une gorgée de son cocktail comme pour appuyer ses dires. Tout allait bien, sinon elle ne savourerait pas cette tequila sunrise.

— Cyn’, ce mec est une ordure. 

— Oui, je sais. Il m’a trompée, blablabla. Je suis au courant. Il regrette. 

Cynthia entortilla la paille de ses longs doigts fins.

— Il te l’a dit, ça ? 

— Il m’a dit que j’étais la seule femme qu’il n’ait jamais aimée. 

— Oui, mais il t’a avoué qu’il regrettait ?

— … 

Cynthia, qui semblait siroter un cocktail de jouvence, soufflait bruyamment dans sa paille. Elle ria bêtement à l’entente du son que produisait ses bulles dans la boisson. Bébé lui arracha alors le verre des mains. Cynthia la fixa de ce même regard que son petit-frère avait quand Bébé lui confisquait sa console, un regard boviné, qui la seconde d’après, était embué de larmes. Cynthia contrairement à son frère n’avait pas pleuré. Elle s’était contentée de hausser les épaules comme pour signifier à son amie qu’elle était bien trop heureuse pour être énervée par un geste si puéril.

— Cyn’, écoute-moi un peu. Vincent et toi, ce n’est pas possible. Il faut que t’arrêtes. Maintenant ! lança-t-elle sur un ton autoritaire.

Si elle ne faisait pas face à la grande brune, Cynthia aurait juré entendre sa mère.

— Cyn’, tu lui fais confiance ? demanda Bébé radoucie.

— Je n’attends rien de lui…

— C’est faux ça ! Tu ne le rejoindrais pas dans sa chambre d’hôtel tous les soirs si tu n’attendais rien de lui. Je te le dis, tu te fais du mal. 

— Peut-être… Comment c’était la Tanzanie ?

— Cyn’, crois-moi, ce mec est vraiment un connard ! lança une Bébé imperturbable.

— C’est bon, t’as fini ? s’impatienta Cynthia.

— T’es au courant qu’il est en couple avec Hilde. 

Cynthia éclata de rire. 

— Celui qui vit par l’épée mourra par l’épée. Je suis censée me sentir mal parce qu’il me trompe avec elle ? Cette connasse n’en avait rien à faire quand j’étais à sa place. Si tu veux savoir, je ne culpabilise même pas un peu. J’ai juste récupéré mon dû.

— Pitié Cyn ! Qu’est-ce que t’as récupéré ? Des nuits dans un hôtel parisien ? T’es son bouche-trou, là, sa petite distraction parisienne le temps des vacances. Dès qu’il rentrera en Chine, il reprendra le cours de sa vie.

— Non, mais…

— Je suis dure, mais ouvre les yeux. Il se fout de ta gueule.

— Il a vraiment des sentiments pour moi. 

Bébé soupira. 

— Je ne comptais pas te le dire, mais tu ne me laisses pas le choix… Hilde est enceinte.

— Quoi ?

— Elle attend un enfant.

— Merci Bébé, je sais ce que veut dire « enceinte », s’agaça Cynthia.

— Il va fonder une famille avec elle, Cynthia.

— Pfff ! Je n’y crois pas.

— Je suis désolée, Cyn. Il l’a annoncé à Paul le lendemain du mariage.

— Je suis dégoûtée. 

— T’as le droit, ma chérie. 

Elle enroula Cynthia de ses bras.

— Mais Hilde ne sera pas la première ni la dernière mère célibataire au monde, lui confia Cynthia, la tête posée au creux de son épaule. Bébé relâcha aussitôt son étreinte. Elle se recula pour mieux observer le regard de Cynthia, comme si elle lui paraissait droguée, possédée, maraboutée. Il n’y avait que ces hypothèses pour expliquer que son amie débite autant de bêtises à la minute.

— Cyn’, tu dérailles complètement, il ne la quittera jamais pour toi. Mets-toi ça dans le crâne.

— Ça, t’en sais rien.

— Ouvre les yeux ! Ce mec est un vrai connard. Il ne changera jamais.

— Hilde c’était une erreur. Il a dû se rendre compte que j’étais celle qu’il aimait. 

Bébé enfouit son visage dans ses mains.

— Écoute, il faut que je t’avoue un truc, lança-t-elle.

La jeune femme leva les yeux au ciel et prit une profonde inspiration.

— Hilde… justement… n’était pas sa seule erreur, Cynthia.

La voix de Bérénice tremblait légèrement. 

— Comment ça ? s’inquiéta Cynthia.

Elle tenta d’aspirer sa boisson, mais de son cocktail, il ne restait que l’eau des glaçons. Malgré tout, elle continua de s’abreuver. Elle le sentait. Elle devait boire. Bérénice qui n’avait pas touché à sa bière depuis le début de la conversation siffla la moitié de sa pinte comme on engloutirait un shot de tequila. L’une comme l’autre accaparée par leurs verres n’avait envie d’entamer cette discussion qui mettrait vraisemblablement fin à leur amitié.

— Cynthia, Vincent t’a trompé avec une fille de Sciences Po. Je ne me souviens plus de son nom. Et… et à New York aussi. Cyn, je suis désolée, mais… il ne changera jamais. 

Cynthia continua de boire son eau jusqu’à ce qu’elle ait entièrement vidé son verre. Elle voulait hurler, mais aucune plainte ne sortit de sa bouche. Les larmes coulèrent sur ses joues, puis elle se mit à renifler bruyamment, attirant les quelques regards du bar sur leur table. Elle eut la sensation une fois de plus d’avoir été trahie. 

— Tu le sais depuis quand ? 

Bébé n’osa pas soutenir son regard. Ses yeux légèrement rougis étaient tournés vers le comptoir où la barmaid armée d’un chiffon astiquait la tireuse.

— Tu le sais depuis quand ? insista-t-elle. 

— Je l’ai appris dès sa première incartade à Sciences Po. Il en avait parlé à Paul qui m’a tout raconté. Je suis allée voir Vincent et il m’a supplié de ne pas le balancer. Ce n’était qu’une erreur. Il était trop bourré, il n’a pas réfléchi. Il m’a juré qu’il ne recommencerait plus et je l’ai cru comme une conne. J’ai passé l’éponge pour ne pas te blesser. T’étais tellement folle de lui.

— Ah ! Maintenant ça va être de ma faute.

— Non, je n’ai pas dit ça Cynthia, c’est juste que je ne voulais pas te faire de mal.

— …

— Quand j’ai appris qu’il t’avait trompée plusieurs fois à New York, j’étais prise au piège parce que j’avais fermé les yeux sur sa première infidélité. Je lui ai dit de tout arrêter. Une fois de plus, il m’a manipulée. Il a prétendu que ce n’était qu’une histoire de cul et qu’un an sans sexe c’était insurmontable. Cynthia, je suis tellement désolée, je m’en veux tellement. Pardonne-moi. 

Bébé, prise de sanglots, attira les regards vers elle. Elle avait marmonné quelque chose. Cynthia avait cessé de pleurer. Le dégoût tordait sa bouche. Malgré sa détresse, elle était incapable de ressentir la moindre compassion pour Bébé.

—  Que Paul ne m’ait rien dit, OK. Mais, alors toi, Bébé. Toi… t’étais censée être mon amie. Comment t’as pu me laisser rester des années avec ce mec alors qu’il se foutait littéralement de ma gueule ?

— Si ça peut te consoler, je pense qu’il t’aimait vraiment, mais qu’il n’arrivait juste pas à garder son pantalon.

— On s’en fout de lui… lui c’est un putain de connard. Mais toi t’es pas mieux que lui.

— Je croyais te protéger, j’ai fait une erreur. Pardonne-moi Cyn.

— Tu me dégoûtes. Adjoua, Faty et moi, on ne t’aurait jamais fait un coup pareil. T’aimes bien faire la sainte avec tes grands airs, tes grands discours sur la loyauté, la fidélité, etc., mais t’es une putain d’hypocrite. Tu parles de ta mère, mais tu ne vaux pas mieux qu’elle.

— C’est bas, Cynthia, je peux…

— C’est bas ? Et toi, ce que tu m’as caché pendant des années tu le situes où ?

— Je…

— Je veux plus t’entendre.

Cynthia se leva brusquement et alla payer l’addition avant de quitter le bar. Elle ressentait une rage immense envers Bébé, une rage si grande qu’elle se sentait incapable de lui pardonner un jour sa trahison. Apprendre que Vincent était un multirécidiviste se tapant tout ce qui bougeait et l’hypocrisie de son amie Bébé l’avaient achevée. Elle perdit foi en l’humanité. Quelques heures auparavant, elle était persuadée de finir sa vie avec lui et à présent elle découvrait son véritable visage. Elle n’aurait jamais pensé faire partie de la ligue des copines naïves, incapables de déceler l’infidélité chronique de leurs mecs. Quelle conne ! Il l’avait tellement manipulée. Elle ne vivait que pour lui. Elle ne s’estimait qu’à travers ses yeux. Tout ce que sa langue prononçait était parole d’évangile. Elle se remémora alors toutes ces décisions idiotes qu’elle avait prises pour lui, pour le séduire, pour le suivre, pour être à sa hauteur. Seul le mot stupide tournait en boucle dans sa tête.

Son portable vibra, la tirant de ses pensées. 

Tu m’as manqué ce soir 

Elle tapa de rage sur son téléphone. 

Je n’existe plus. Oublie-moi !

5 réflexions sur “Chapitre 32 : Qu’est-ce que t’as récupéré ?

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s