Comment rendre un personnage de roman attachant ?

Bye bye au personnage ultra chiant, et dîtes bonjour au personnage attachant. Aujourd’hui, je vais vous partager les 6 clés pour rendre votre personnage de roman attachant.

Mais que signifie « attachant » ?

Selon, la définition du Larousse « attachant » désigne quelque chose ou quelqu’un qui touche la sensibilité, qui suscite un intérêt d’ordre surtout sentimental. Le Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales ajoute qu’il s’agit de quelqu’un ou quelque chose qui touche une personne dans ses sentiments, qui suscite l’affection, la sympathie ou encore qui intéresse et captive une personne.

On ne va pas se mentir, en tant qu’auteur, on apprécierait tous que les lecteurs décrivent nos personnages de roman en ces termes. Étant donné que notre but est de captiver le lecteur, il est essentiel de créer des personnages de roman crédibles et attachants à travers lesquels les lecteurs peuvent s’identifier. L’identification est la clé pour marquer l’esprit de votre lecteur.

L’un des plus beaux compliments que j’ai pu recevoir c’est lorsqu’une bêta-lectrice et chroniqueuse m’ont avoué s’être vu dans un des personnages de Si J’avais Su, mon recueil de nouvelles. J’étais parvenue à rendre un récit personnel quasiment universel dans la mesure où plusieurs personnes se sont retrouvées dans cette histoire.

Au final pour rendre son personnage attachant, il faut le rendre humain. Aussi humain que vous, votre mère, votre voisine, votre patron ou encore aussi humain que la brute ou la peste qui vous martyrisait petit. 

Alors comment rendre son personnage de roman attachant ? En somme, comment rendre votre personnage plus humain ?

1/ Donnez-lui une apparence

Eh oui, ce qui nous rend déjà un peu plus humains est notre apparence. Notre capacité à nous mouvoir sur nos deux jambes, nos yeux, notre bouche, bref vous l’aurez compris tous nos traits physiques qui nous sont propres. Si vous avez lu mon article sur mes conseils pour ne plus rater ses descriptions, vous savez que je ne suis pas une grande fana des descriptions physiques des personnages qui pour moi n’apportent pas grand-chose à l’intrigue. Je suis plutôt du style à disséminer ici et là des petites touches et des petits indices sur l’apparence physique des personnages mais je ne décortique pas chaque parcelle de leur anatomie. Néanmoins, décrire le physique de vos personnages permet au lecteur de se les imaginer et de se laisser plus facilement porter par l’histoire.

Astuce : concentrez-vous sur deux trois aspects physiques marquants ou non de votre personnage plutôt que de fournir des détails sans saveur sur lui.

2/ Exprimer ses sentiments/émotions

Le physique ne fait pas tout. Loin de là même. Vous savez que les robots humanoïdes nous ressemblent et je suis persuadée que dans quelques années, ils seront si développés qu’il nous sera quasiment impossible de les déceler. Notre différence résidera alors dans nos sentiments et nos émotions. Alors oui vous me direz que l’intelligence artificielle permet également de cloner cette caractéristique, mais on n’y est pas encore.

Votre personnage est doté de sentiments. Il aime, il est en colère, il est heureux… en tant qu’auteur, vous devez retranscrire ses émotions et ses sentiments parce que votre lecteur les aura déjà probablement ressentis au cours de sa vie (à moins que votre lecteur ne soit le robot humanoïde évoqué plus haut).

Votre lecteur se reconnaîtra donc plus facilement dans le personnage que vous lui présenterez. Ce personnage serait un peu comme un ami dont il apercevrait la journée.

Astuce : Retenez bien que vous devez montrer et non décrire les sentiments de vos personnages.

Exemple : Joanne a peur

Exemple plus sexy : Joanne hâta le pas, jetant des coups d’œil furtifs au-dessus de son épaule. Ses doigts crispés à l’anse de son sac à main lui donnaient des crampes affreuses. Plus que quelques mètres et la rue serait de nouveau éclairée.  

3/ Dévoiler sa backstory

Voilà un autre point qui nous différencie des robots humanoïdes : notre passé. De notre naissance jusqu’à l’instant où j’écris ces quelques mots, j’en ai vécu des choses. C’est exactement le même principe pour votre personnage. Il a traversé plusieurs événements au cours de sa vie. Il a eu un certain milieu social, un certain environnement, une certaine histoire qui font de lui ce qu’il est au moment de la narration de votre histoire. Son passé a une influence sur ses choix et sur l’intrigue, sur ses réactions, ses peurs et ses doutes.

Par exemple, un jeune homme qui a souffert du départ de son père a une furieuse peur de l’abandon, de telle sorte qu’il est ultra-possessif. Cette possessivité atteint son paroxysme lorsqu’il apprend que son meilleur ami (avec qui il traîne depuis tout petit) a rencontré une fille. Cette fille bien sûr accapare son pote que le jeune homme voit de moins en moins. Il commence à être jaloux, possessif, anxieux. Il décide de faire disparaître sa rivale pour garder son amitié intacte.  

Astuce : certaines backstory sont connues pour arracher quelques larmes. Au choix, vous avez l’orphelin maltraité, le personnage qui perd un proche, la femme victime d’un viol ou le mec surentraîné dont la famille (femme, enfants et chien) s’est fait massacrer par un vilain. Savez-vous que vos personnages ne sont pas obligés d’avoir traversé des tempêtes pour être intéressants ?

4/ Exposer ses défauts

Personne n’est parfait et encore moins vos personnages, sinon ils seraient clairement ennuyeux à mourir et je doute que ce soit l’effet que vous recherchiez. Vos personnages, comme vous et moi, ont des défauts qu’il vous faudra bien définir. Si vous avez du mal à leur en trouver, vous n’avez qu’à vous inspirer des personnes que vous côtoyez dans la vraie vie. Je suis persuadée que votre entourage regorge d’individus aux caractères douteux.

Astuce : En revanche, je compte sur vous pour donner de vrais défauts. Comme en entretien d’embauche, les « faux » défauts ne marchent pas. Exit donc les superlatifs du style « trop perfectionniste » non ce n’est pas un défaut ça. Ce qu’il vous faut, idéalement, pour créer du conflit, c’est un défaut qui vienne en contradiction avec le but de votre personnage.

Par exemple : Le roi George VI, bègue, doit réussir à s’exprimer en public.  

5/ Révéler ses contradictions

L’être humain est un être de belles contradictions. Pourquoi est-il intéressant que votre personnage soit également tiraillé entre deux facettes de sa personnalité ? Parce que s’il y a contradiction, il y a lutte interne et une incapacité à prédire le comportement de votre personnage. Il n’est pas instable, il est imprévisible. Nous sommes agités par plusieurs types de contradictions.

Par exemple :

  • Les actes de votre personnage ne reflètent pas ses croyances. Votre héros va à la messe tous les dimanches mais n’a aucun sens du partage et méprise les nécessiteux.
  • Les émotions vont à l’encontre de la raison. Le personnage sait pertinemment que l’être aimé est dangereux pour lui pourtant il ne parvient pas à s’en détacher. C’est bien connu ; le cœur a ses raisons que la raison ignore.

Astuce : Refléter les contradictions de votre personnage permet de le rendre plus complexe. Ces contradictions peuvent également dynamiser le récit et ajouter de la tension.

6/ Le faire évoluer

Bon à ce qu’il paraît d’après Céline Dion, « on ne change pas » sauf que dans votre roman, il vaudrait mieux que ce soit le cas (attention ce n’est pas obligatoire mais recommandé). Votre personnage est censé être transformé par toutes les épreuves qu’il a traversées. En bien ou en mal, ça, c’est à vous de voir. L’évolution de votre personnage est ce qu’on appelle l’arc dramatique et c’est l’objet du premier article du dossier. L’arc dramatique du personnage est intéressant, car elle permet de voir les réactions du personnage face aux difficultés qui se dressent sur son chemin. Et malgré sa condition humaine comment parvient-il à surmonter ces épreuves ou pas ? Est-il accablé ? Est-il combattif ? Ce sont les luttes qui rendent attachant votre personnage.

Astuce : lire mon article sur l’arc dramatique du personnage ici.

C’est un quatrième article sur le personnage qui s’achève. J’espère qu’il vous aura plu, n’hésitez pas à me faire part de votre ressenti en commentaires.

Crédit photo : Jakob Owens, person holding gray leaf sur Unsplash.com

2 réflexions sur “Comment rendre un personnage de roman attachant ?

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s