Pourquoi faire appel à un correcteur pro et comment bien le choisir ?

Il n’y a pas si longtemps, je vous ai confié avoir envie de convier d’autres personnes que moi-même à s’exprimer sur ce blog. Comme on est en plein dans le sujet de la correction de roman, je me suis dit qu’il serait intéressant d’avoir l’avis d’une experte, d’une pro, d’une calée sur la question. J’ai donc proposé à Camélia C. si elle souhaitait écrire un article, elle a gentiment accepté et je la remercie chaleureusement pour cela.

Avant que je ne vous laisse entre les lignes expertes de Camélia C, une petite présentation s’impose.

Camélia C., de son vrai prénom Estelle, est une correctrice-relectrice, mais également autrice qui publie sous le pseudonyme de Camélia C. Elle travaille aussi bien pour les maisons d’édition que pour des auteurs auto-édités. Elle a d’ailleurs été ma correctrice pour mon recueil de nouvelles Si J’avais Su et son travail a été impeccable. J’ai d’ailleurs appris une vraie leçon de français en échangeant avec elle.

Si vous souhaitez faire appel à ses services pour la correction de manuscrit, mais également de la relecture, je vous invite à vous rendre su son site professionnel.

Et maintenant place à l’experte !

Si vous êtes auteur et avez déjà terminé un roman (aussi bien le premier jet que la « réécriture »), alors vous vous êtes déjà posé cette question : « Comment corriger mon roman ? »

Nombreux sont ceux à se demander si le travail d’un professionnel bonifierait vraiment leur ouvrage et si l’investissement en vaut le coup.

En tant que correctrice-relectrice professionnelle certifiée, je vais tenter de vous donner quelques réponses et vous aiguiller pour trouver le correcteur qu’il vous faut et que vous ne voudrez plus lâcher !

Pourquoi confier son texte à un correcteur ?

  • 1 – Les fautes font mauvaise impression

La première bonne raison à cela, c’est qu’il est important que votre écrit soit exempt de fautes lorsque vous le présenterez à votre lectorat ou à des maisons d’édition.

En effet, publier un roman parsemé de coquilles rebutera plus d’un lecteur et risquerait de les faire fuir. Autant il est difficile de récolter des avis de la part de ses lecteurs sur les plateformes de vente, autant les avis négatifs tombent facilement.

Retenez qu’un client/lecteur mécontent est toujours plus volubile qu’un satisfait.

Même histoire concernant les maisons d’édition. Vous aurez beau écrire la prochaine saga à succès, si le texte que vous leur fournissez n’est pas bien corrigé, il risque de finir à la corbeille. Tout simplement parce que les gens qui le lisent sont des pros qui aiment la langue, et qu’ils auront tendance à être allergiques aux fautes. Si tant est que vous ayez quelques difficultés, et vous pouvez être sûr(e) que votre récit ne parviendra pas à se faire une place dans l’esprit du lecteur.

La qualité de l’écriture est l’un des principaux critères demandés par les maisons d’édition : le roman que vous leur envoyez doit être corrigé.

  • 2 – Le correcteur corrigera mieux que vous-même, qu’Antidote ou que votre ami(e) bon(ne) en français

Eh oui ! J’en vois parfois qui se disent qu’ils vont relire 36 fois leur texte et qu’avec un coup d’Antidote (logiciel de correction orthographique qui peut se montrer par ailleurs très utile), ça suffira à éradiquer les fautes. Je vous certifie que ce n’est pas une bonne méthode.

Vous voulez que je vous raconte une petite histoire ? Étant aussi auteure en plus de mon job de correctrice freelance, j’ai voulu corriger seule mon propre roman car je manquais de sous, en me disant que j’avais les qualifications requises. Grosse erreur !

Mon roman est sorti, et des lecteurs (heureusement bienveillants !) sont rapidement venus m’indiquer qu’il restait des coquilles dans mon texte. Ouais, ça la fout mal pour une correctrice. J’avais pourtant utilisé Antidote… J’ai dû tout faire corriger et renvoyer la nouvelle version à Amazon, rouge de honte. Tout ça pour dire que :

Même un correcteur professionnel n’a pas le recul nécessaire pour corriger lui-même son roman. Il doit faire appel à un confrère pour ses textes.

Et pour les amis « bons en français », alors ? Ils seront d’une bonne aide, bien sûr, mais croyez-moi, je faisais partie de ces gens-là avant ma certification. J’ai bien compris que je me trompais une fois lancée dans la formation et celle-ci m’a complètement remise à ma place !

Le correcteur possède une méthode de travail qui le fait se remettre en question sur tout. Il a également de l’expérience et a peut-être corrigé 100 romans avant le vôtre.

Votre ami « bon en français » pourra vous aider, mais son coup de main ne suffira pas. Il ne connaît pas forcément tous les pièges de la langue française et ne s’interrogera pas assez pour vous rendre une correction suffisamment sérieuse pour l’édition.

Au sujet des logiciels de correction tels qu’Antidote, j’ai déjà donné un élément de réponse : c’est pratique, leur aide n’est pas négligeable, mais vous ne devez pas vous reposer dessus !

Il ne suffit pas de lancer la moulinette et de suivre la correction indiquée dès qu’un mot est souligné en rouge. Faites très attention ! Je reçois parfois des textes et relève des fautes typiques que je reconnais comme étant une « correction » Antidote…

Les logiciels de correction ne sont pas fiables à 100 % et peuvent ajouter des erreurs à votre texte.

Comment choisir son correcteur ?

  • 1 – Faire appel à un correcteur certifié augmente les chances d’être satisfait

La profession de correcteur-relecteur n’étant pas soumise à un diplôme d’État, n’importe qui peut se proclamer correcteur. Je vous conseille donc de choisir une personne qui a suivi une formation.

À noter qu’un professeur de français pourra aider, mais que sa profession ne fait pas de lui un bon correcteur. Je suis correctrice et je ne me vois pas débarquer dans une salle de classe pour donner un cours. Ce sont deux métiers très différents et je déconseille de payer un prof de français pour ce genre de prestation.

Les formations pour devenir correcteur étant onéreuses, le fait qu’un correcteur en ait suivi une démontre un certain sérieux et une conscience professionnelle.

  • 2 – Le prix de la prestation est un bon indicateur de qualité

Un point important sur lequel vous devez prêter attention lorsque vous choisissez un correcteur, c’est le tarif qu’il vous demande.

Si le prix est trop élevé pour vous, n’hésitez pas à demander un second devis auprès d’un autre prestataire. Vous verrez si la différence est importante ou non, et vous pourrez voir si le premier correcteur était honnête.

Cependant, si le prix qu’on vous réclame est trop bas, c’est pareil, fuyez ! J’ai déjà lu un roman de 50 000 mots corrigé par un « correcteur pro » qui avait réclamé 70 € ; autant vous dire que le texte était bourré de fautes. Mais ce n’est pas étonnant vu que 70 € représentent environ 3 heures de travail. Il est impossible de corriger correctement un tel ouvrage en si peu de temps.

Le devis pour la correction de votre roman sera établi en fonction de la charge de travail. Il prend en compte le volume de l’ouvrage, mais aussi la qualité de la rédaction. Pensez au crowdfunding si vous n’avez pas les fonds nécessaires !

3 – Consulter la vitrine et les références du correcteur

Lorsque vous tombez sur le profil d’un correcteur, allez consulter son site web. C’est un peu une question de feeling au début. Voyez si sa présentation vous plaît et si la personne semble déjà sérieuse sur la façon d’agencer sa vitrine.

Regardez également s’il indique quelques références. À part pour les jeunes correcteurs à qui il faut donner une chance au début, ceux installés dans le métier depuis un moment seront en mesure de présenter des auteurs avec lesquels ils ont déjà travaillé.

Le site web et les références du correcteur peuvent vous aider à savoir s’il est la personne qu’il vous faut !

Je m’arrête ici, car cet article est déjà plus imposant que prévu, mais je pense qu’il était intéressant d’en faire le tour. Je remercie Kea Ring de m’avoir donné l’opportunité de parler de mon métier, et espère vous avoir donné quelques clés pour que cette expérience soit belle !

Portez-vous bien et écrivez bien !

Une fois de plus, je remercie Camélia C. pour ses conseils avisés et ayant été une de ses clientes, je vous la recommande les yeux fermés.

Crédit photo : Daniel Fazio, two pens near MacBook Air sur Unsplash

3 réflexions sur “Pourquoi faire appel à un correcteur pro et comment bien le choisir ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s