#defi30joursecriture : Défi n°22

3 semaines déjà, on entre dans la dernière semaine et je suis agréablement surprise d’avoir tenu jusque-là. Après vous me direz, je suis quand même obligée étant donné que j’en ai eu l’idée, ça serait quand même abusé de ma part de sécher quelques défis. Je suis surtout très contente de ces 21 jours parce que j’ai pu me remettre de nouveau à écrire sur mon projet d’écriture que je n’avais pas touché depuis janvier 2020. La loose ! J’ai notamment profité des défis sabliers et expérientiels pour avancer dessus.

Et vous, comment se sont passées ces 3 semaines ? N’hésitez pas à me faire part de vos impressions en commentaires ou en privé.

Place au défi d’écriture du jour

Défi du jour : écrire une micronouvelle de maximum 400 mots

Vous connaissez mon amour pour les nouvelles, les histoires courtes et tous les autres formats courts de la littérature, dribble, etc. C’était donc impensable pour moi de ne pas proposer un défi consacré à la « littérature courte ».

Pourquoi ce défi est-il intéressant ?

Il est intéressant parce qu’il permet de maîtriser les structurer ses idées, de peaufiner son style d’écriture, mais également d’appréhender les structures narratives

Ci-dessous les règles de ce défi :

  • Relever ce défi avant 23 h 59
  • Partager sa contribution en postant en commentaire le lien de son texte ou en postant sur les réseaux sociaux avec le hashtag #defi30joursecriture. N’hésitez pas non plus à faire part de vos impressions sur le défi du jour en commentaires et/ou sur les réseaux sociaux.
  • Une restriction de mots, la micronouvelle doit faire moins de 400 mots
  • Pas de restriction de temps non plus, si ce n’est la journée, par exemple votre texte ne doit pas être écrit en trente minutes.

Bien sûr, je posterais ma micronouvelle dans la journée.

Voilà, bon courage pour ce 22e défi, j’ai hâte de découvrir toutes vos micronouvelles.

 Si vous avez besoin d’idées, je vous recommande de lire le dossier consacré à la nouvelle littéraire que j’ai écrit au tout début de ce blog. Alors, oui la nouvelle et la micronouvelle sont légèrement différentes, mais ce dossier vous donnera les bonnes astuces pour écrire votre micronouvelle.

Lire la microfiction de Celvie

Ma contribution

J’ai failli ne pas la maquiller cette mariée. Je l’avais contactée des semaines plus tôt pour lui proposer mes services et elle avait gentiment décliné. Quelqu’un s’occupait déjà d’elle. Puis, hier, elle m’a appelé en panique. Sa maquilleuse avait été victime d’un accident, alors elle avait besoin d’une professionnelle au plus vite. J’avais tellement souhaité cette prestation que ma mallette était déjà prête à l’emploi. J’avais sélectionné les fards les plus irisés pour sublimer sa peau de jais.

Je pointillais son visage de mon anti cernes quand un verre se fracassa au sol. Je lâchai aussitôt mon pinceau et ne parvins à contrôler le tremblement de mes mains. Le bruit assourdissant me faisait paniquer et me renvoyait à cette période sombre de ma vie, celle où je croupissais derrière les barreaux, enfermée pour le seul crime d’avoir été aveuglée. 3 ans c’était peu payé pour de la drogue, mais c’était déjà bien assez cher pour une gamine de 23 ans. Merci à mon avocat, merci à mon visage de poupée et merci à cette société qui ne pensait qu’une fille dans le trafic ne pouvait être que manipulée. La prison, je ne m’y suis jamais réellement faite, mais je gardais toujours en moi l’espoir de retrouver celui pour qui j’étais tombée.

La future mariée me parle de son homme qu’elle a rencontré sur les réseaux sociaux. Une histoire de DM et de Twitter qui s’est vite emballée. Malgré tout, je l’envie. Si je n’avais pas fait de la taule, est-ce que j’aurais eu le droit à une love story aussi ? J’aurais même eu un boulot, un vrai avec des horaires et une stabilité financière. Le maquillage, j’y suis tombé par hasard, c’était le seul domaine où l’on voulait bien de moi. Au final, j’avais délaissé la poudre pour une autre, tout aussi addictive, mais bien moins nocive. Au lieu de l’avoir dans le nez, on la mettait dessus. Je risquais moins.  

Il était convenu avec la mariée que je devais l’accompagner toute la journée pour lui repoudrer le nez quand elle aurait trop pleuré.

Après qu’ils se sont dit oui à la mairie, je m’approche de la mariée exaltée pour la maquiller. Je frôle son époux. Nos regards se croisent. Il est apeuré. Il comprend alors que je ne l’aurais jamais laissé partir après m’avoir laissée tomber, que je ne l’aurais jamais laissé quitter notre organisation bien rodée.

Sinon, je vous invite à rentrer dans mes petits papiers pour recevoir ma newsletter mensuelle et recevoir gratuitement ma nouvelle Une Envie d’Espresso à 5 Euros qui fait partie de mon recueil de nouvelles Si J’avais Su.

Traitement en cours…
Terminé ! Vous figurez dans la liste.

3 réflexions sur “#defi30joursecriture : Défi n°22

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s