Art’vril : le mois des créatives – Celvie

Celvie, Les Glorieuses Choses

Ce mercredi, je vous propose de découvrir l’avant-dernier portrait du mois d’Art’Vril qui est ni plus ni moins celui d’une personne très très proche de moi. Vous avez peut-être eu l’occasion de découvrir sa très belle plume lors du défi 30 jours spécial écriture en mars. C’est une femme que j’admire beaucoup et qui m’a énormément inspirée au cours de ma vie. Je vous laisse donc découvrir ses quelques lignes sur Celvie. 

Bonne lecture !

#1 Peux-tu te présenter en quelques mots ?

Celvie. Je n’ai pas de nom de plume pour l’heure même si j’ai créé un blog chrétien Les Glorieuses Choses, mais c’est surtout pour l’encouragement et l’exhortation des chrétiens.

Je suis mariée, j’ai bientôt quarante ans et j’ai la chance d’être la maman de deux fantastiques hobbits. Voilà en substance qui je suis.

#2 Pourquoi écris-tu ?

Parce que j’ai toujours eu plein d’imagination. Avec mes frères et sœurs, on aimait jouer nos histoires. On les développait à mesure que l’on jouait. Il y avait même des séries du type Plus Belle La Vie. Du coup naturellement j’en suis venu à faire des manuscrits. D’abord j’écrivais sur des copies doubles avant de passer à l’ère numérique. Mon père était ingénieur. D’aussi loin que je me souvienne dès que ça a été possible on a eu un ordinateur à la maison. Tu sais les vieux PC avec l’unité centrale et l’écran du type télévision tube cathodique. Si bien que dès que j’écrivais j’avais la possibilité de sauvegarder mes textes sur disquette pour commencer (oui j’ai connu les disquettes) puis sur CD-ROM et enfin clé USB.

J’ai arrêté d’écrire quand je me suis convertie avant d’y revenir il y a à peu près un an.

Depuis j’écris surtout des textes visant à encourager les chrétiens à croire que Dieu peut faire bien plus qu’ils ne le pensent.

#3 Parle-nous de ta première fois ! De ta première histoire ou de tes premiers écrits ?

C’était un conte que j’avais titré l’Oiseau bleu. J’avais huit ans. Je l’avais écrit sur des copies doubles avec ma plus belle écriture. Je ne me souviens plus du tout de l’histoire. Mais je me rappelle qu’elle avait plu à ma mère ; elle avait d’ailleurs refusé à un oncle qui l’avait adorée de l’emmener avec lui. Elle était peut-être vraiment bien. Je ne le saurais jamais malheureusement.

#4 Quand as-tu décidé de te mettre à écrire ?  

Bien notre père nous dissuadait souvent de sortir. Arrivée au collège je sortais rarement. Du coup il m’arrivait souvent de m’ennuyer. Naturellement je suis venue à l’écriture des histoires que j’avais en tête.

#5 Quelles ont été les réactions de ton entourage ?

Ma famille réagissait bien. Je racontais régulièrement mes histoires et elles plaisaient énormément. Ils étaient mes cobayes heureux.

#6 Tes indispensables à ta routine créative (un rituel, une musique, un plat…) ?

Je n’en ai pas. J’écris surtout quand j’en ai le temps. Toutefois j’aime me mettre au calme avec quelques douceurs pour m’accompagner et de la musique dans les oreilles.

La plus belle séance d’écriture que j’ai eue jusqu’à présent : Châtelet un mardi de printemps avec vue sur l’église Saint-Eustache et la fourmilière parisienne. Il y avait bien entendu une récompense sucrée.

#7 As-tu d’autres activités artistiques en dehors de l’écriture ?

Oui je peins et de manière générale je suis douée de mes dix doigts. Il m’arrive aussi de composer des chants. Mais chut !

#8 D’où te vient ton inspiration ? Quelles sont tes influences ?

De sources multiples. J’ai eu la chance d’avoir une éducation multiculturelle. On avait accès au cinéma et à des artistes d’anthologie. Tout cela ainsi que mon histoire familiale a constitué, je le crois un formidable terreau. Après, j’ai lu des mangas du coup la culture orientale a eu un fort impact sur mon imaginaire. Je suis aussi une grande fan de l’œuvre de Jane Austen.

Mais pour l’heure j’essaie surtout d’écrire des textes que je qualifierai de réalistes.

#9 Et au contraire, si tu as connu des pannes d’écriture, comment t’en es-tu sorti ? Quelles sont tes astuces pour pallier ce problème ?

J’ai beaucoup rencontré de ces pannes avec mon blog. Généralement j’attends que ça revienne. Il m’arrive aussi de m’obliger, mais c’est rarement couronné de succès.

Je pense que l’inspiration comme beaucoup de choses fonctionne par cycles du coup je ne m’en formalise pas et je donne des vacances à mon esprit : je lis, regarde des films où des séries…

#10 As-tu des thèmes de prédilection qui reviennent fréquemment ?

Je suis fascinée par la rédemption et le sacrifice. Et c’est encore mieux quand les deux sont liés. De tous les personnages que j’ai rencontrés, Edmund Pevensie est celui que j’aurais le plus aimé avoir écrit. Je trouve que c’est un personnage plein d’espoir et de vitalité. De traitre il passe à l’un des guerriers les plus fiables et constants de la saga Le Monde de Narnia. C’est vraiment une belle progression.

Maintenant je sais que les difficultés familiales constituent aussi un thème récurrent dans ce que j’écris.

#11 Quel est THE conseil que tu aurais aimé avoir à tes débuts ?

Croyez-en vous. S’il n’y a qu’une seule chose qu’on doit avoir, c’est bien la foi. De toute manière on n’a rien à perdre à être authentique.

Et parce que j’adore ce jeu stupide et que je ne m’en lasse jamais, tu préfères quoi ? :

#12 Tu préfères écrire une histoire médiocre qui se vend à 1 000 000 d’exemplaires ou une histoire parfaite, mais qui n’est vendue qu’à 10 personnes ?

Ah ce n’est pas simple de répondre à cette question ! Parce que l’histoire parfaite ne s’obtient pas non plus du premier coup et c’est surtout un travail acharné qui permet d’arriver à un niveau proche de la perfection. Mais puisqu’il faut répondre, je dirai une histoire parfaite qui n’est vendue qu’à 10 personnes.

#13 Tu préfères ne plus écrire d’histoires ou ne plus en lire du tout ?

Ne plus en écrire, sans hésiter ! Je préfère de loin les histoires des autres aux miennes.

#14 Spécial Misery. Tu préfères modifier la fin d’une de tes histoires même si elle ne te plaît pas pour avoir la vie sauve ou tu préfères mourir tout en conservant ton histoire telle que tu l’as imaginée ?

Quel dilemme ! Mais je pense qu’étant plutôt butée j’aurais préféré mourir. Maintenant je ne me suis jamais retrouvée dans cette situation.

#15 Le mot de la fin. Quels sont tes projets actuellement ?

J’ai développé deux collections dans mon blog que j’aimerai autoéditer. Ensuite je me prépare à publier mon premier roman toujours sur mon blog.

Je remercie infiniment Celvie d’avoir accepté de nous livrer son témoignage sur son rapport à l’écriture. J’espère que ce regard vous aura plu, vous pouvez suivre Celvie sur son blog Les Glorieuses Choses, la page Facebook du blog, le compte instagram du blog et son compte personnel instagram.

Je vous donne rendez-vous la semaine prochaine pour découvrir le tout dernier portrait d’Art’vril !

A la prochaine !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s