Défi 30 jours spécial écriture n°2 : Défi n°7

7ème jour de défi et aujourd’hui écrire se fera en musique

Vous savez que tous les moyens sont bons pour trouver l’inspiration ! Et aujourd’hui, l’idée est de la trouver à la radio

Défi du jour : Ecrire une histoire inspirée de la première chanson que vous entendrez à la radio 

Alors vous n’écoutez pas la radio ? Moi non plus. Solution, soit vous mettez une chaîne au hasard et vous prenez la première pour écrire votre histoire, soit vous activez la lecture aléatoire de votre playlist Spotify, Deezer, etc… et vous prenez la 1er son qui joue. C’est à vous de voir ! Quoi qu’il en soit je veux juste que vous écriviez un texte inspirée d’une musique.

Pourquoi ce défi est-il intéressant ?

Il permet de diversifier ses sources d’inspiration, de stimuler sa créativité et une fois de plus de sortir de sa zone de confort.

Ci-dessous les règles de ce défi :

  • Relever ce défi avant 23 h 59
  • Partager sa contribution en postant en commentaire le lien de son texte ou en postant sur les réseaux sociaux avec le hashtag #defi30joursecriture.N’hésitez pas non plus à faire part de vos impressions sur le défi du jour en commentaires et/ou sur les réseaux sociaux.
  • Pas de restriction de mots
  • Pas de restriction de temps si ce n’est la journée pour réaliser ce défi. En gros, ce texte ne doit pas être écrit en 30 minutes maximum par exemple.

Bon courage et écrivez bien en musique !

Lire la contribution de Céline

Lire la contribution d’Irène

Lire la contribution de Dalia

Lire le texte Kaynie

Alors la première chanson que j’ai eu en aléatoire c’était Forta de Dj Snyze

Alors, il y a fort à parier que vous n’avez strictement aucune idée de quel son il s’agit. C’est une musique d’afro/hip-hop que j’aime beaucoup pour danser et surtout pour faire du sport. Mais c’est vrai qu’il ne m’était jamais venu à l’esprit de l’écouter pour écrire. Après je ne suis pas de la team à écouter de la musique quand je taffe ou quand j’écris, je suis une fille qui me déconcentre assez facilement et quand j’écoute de la musique c’est impossible que je reste en place. Pour tout vous avouer, j’ai hésité à la zapper quand j’ai vu que c’était celle-ci, mais ce soir je suis d’humeur joueuse donc je me lance.

Il se souvint de la première fois où il mit les pieds dans une salle de sport. C’était comme descendre en enfer. L’activité physique et lui ça faisait trois millions. Petit, lorsqu’il fallait constituer des équipes il était toujours le dernier choisi. Classique. Il détestait courir, mais il aimait courir les filles, alors il courut en salle. La toute première fois, il était intimidé face à ces corps sculptés, à ces deltoïdes puissants et tracés, à ces peaux si fines qu’elle couvrait péniblement des veines violacées prêtes à exploser. Il tirait constamment sur son sweat pour dissimuler sa frêle silhouette dont il avait si honte. Il n’osait jamais ouvrir la bouche. Et les seules paroles qu’il se hasarda à prononcer furent étouffées par les grognements incessants des corps en ébullition.

Malgré tout, il vint chaque jour pendant deux heures tenter de soulever une barre à peine plus lourde que son petit-frère de 10 ans. En vain, il n’observa aucun changement. Pas même un semblant de boules lorsqu’il contractait les biceps. Il avait toujours ce même corps d’ado dont on se moquait et qu’il haïssait tant.

Il n’eut pas à attendre longtemps avant que le gourou gobeur d’œufs crus ne lui prêche la bonne parole. Il lui parla de macro, de micro, de calories, de prise de masse, de protéines, de glucides, lipides. Et machinalement, il avait fini par tout peser de la moindre graine de courge à la pièce de bœuf. Il avait commencé par s’enfiler une poudre blanche. Pas dans le nez non, mais dans le milkshake protéiné qu’il ingurgitait à chaque déjeuner. Un rituel bien rodé qui avait fini par payer. Les boules des biceps étaient enfin apparues.

Mais il voulait plus. Il rêvait de fessiers volumineux, de jambes massives, de poitrines pleines et rondes, de force herculéenne que la poudre protéinée ne pouvait lui donner. Alors de la poudre, il se mit à consommer des comprimés, puis des capsules, des crèmes… et enfin il finit par s’injecter toute sorte de conneries.

Rêve atteint, les boules de ces biceps étaient gargantuesques seulement celles d’en bas étaient à peine plus grosses que des noisettes.

5 réflexions sur “Défi 30 jours spécial écriture n°2 : Défi n°7

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s