#defi30joursecriture christmas : Défi n°1

C’est parti pour la nouvelle édition du Défi 30 jours écriture. Comme je l’avais annoncé la semaine dernière, les textes des 30 prochains jours seront enneigés…ou pas, teintés de rouge, de vert et seront surtout sous le signe de Noël parce qu’il fallait bien une nouveauté pour ne pas se lasser. Et puis, on a commencé à entonner All I Want For Christmas de Mariah Carey donc je pense qu’on peut officiellement le dire que nous sommes bien à Noël.

Après 2 éditions, je pense que le premier défi s’inscrit maintenant comme une petite tradition du défi 30 jours.

Défi du jour : Raconter la vie d’une guirlande

Guirlande défi 30 jours
Crédit photo : Matthew Ball sur Unsplash

Raconter la vie d’un objet du quotidien est maintenant un classique que je pense maintenir pour démarrer les Défis 30 jours. Quoi de plus quotidien en cette période que la fameuse guirlande qui vient orner nos sapins et nos rues ?

Comme d’habitude quelques petites règles à respecter :

  • Relever ce défi avant 23 h 59
  • Partager sa contribution en postant en commentaire le lien de son texte ou en postant sur les réseaux sociaux avec le hashtag #defi30joursecriture. N’hésitez pas non plus à faire part de vos impressions sur le défi du jour en commentaires et/ou sur les réseaux sociaux.
  • Pas de restriction de mots. Vous pouvez écrire un texte très court comme vous pouvez en rédiger un très long.
  • Pas de restriction de temps si ce n’est la journée pour réaliser ce défi. En gros, ce texte ne doit pas être écrit en 30 minutes maximum par exemple.

Je vais comme pour les précédentes éditions mettre à jour l’article pour poster mon texte du jour. J’y ajouterais également les vôtres tout au long de la journée. Étant donné que je travaille également, je ferai mon maximum pour poster tous vos textes, mais n’hésitez pas à me relancer si j’ai omis le vôtre.

Je vous souhaite bon courage pour ce 1er défi et pour tous les autres qui suivront. J’ai hâte de découvrir la vie de vos guirlandes !!!!

Lire le texte de Charlotte

Lire le texte de Lili

Lire le texte d’Edna

Lire le texte de Béatrice

Ma contribution

Je ne pourrais vous dire mon âge. Je ne m’en souviens plus exactement. Toutes ces années au fond d’un carton empestant l’humidité et la poussière me font divaguer. Quoiqu’il en soit j’en ai connu des saisons et des Noëls bien plus plaisants que celui que je vis actuellement.

Pourtant tout avait si bien commencé, quand empaquetées dans notre étui, cette maman nous avait rangé ma sœur et moi dans son caddie. Ma sœur était rouge et moi d’un or flamboyant.

Les premiers Noëls nous illuminions la pièce. On s’enroulait dans nos poils. On chantait à tue-tête en recouvrant les épaules des enfants, puis on nous reposait délicatement sur le sapin majestueux où nous côtoyions les autres guirlandes, boules et chaussettes de Noël. Et chaque année, à la même période, c’était la même rengaine. Maman et les enfants nous prenaient sous le bras et nous ondulait à travers les épis de l’arbre de Noël. Les éclats de rire résonnaient dans toute la pièce et les effluves d’aloco grillés embaumaient les lieux.

Mais plus les années défilaient et plus les sourires se figeaient, les regards s’assombrissaient et les petites mains qui venait aider d’ordinaire disparaissaient. Maman nous portait seul. Et les enfants devenus grands étaient plus furtifs qu’un coup de vent. Plus de rire, plus d’éclat. Juste Maman, nous et ce vieux sapin qui atteint d’une calvitie précoce perdait ses épis sur le parquet du salon.

L’année suivante, on avait décidé que le thème rouge et or était ringard. Alors nous sommes restées dans ce vieux carton remplis d’autres déco dépassées : petits chérubins, boules à facette et photos de Noël.

Quand Maman a enfin daigné nous sortir le Noël suivant tout avait changé. Les grands enfants avaient épousé d’autres grands enfants. Têtes baissées et doigts crispés, ils avaient tous les yeux rivés sur d’autres illuminations.

Maman, le regard affligé, avait alors jugé qu’il valait mieux nous laisser au fond du carton pour garder nos souvenirs de ces premiers Noël intacts.

2 réflexions sur “#defi30joursecriture christmas : Défi n°1

  1. LA VIE D’UNE GUIRLANDE

    Il est vrai que, souvent les objets ne sont qu’admirés pour leur beauté, leur grandeur, leur brillance et tout une suite d’adjectifs mélioratifs les uns à côté des autres laissant le droit aux spectateurs d’exprimer de « Oh ! » et des « Ah! » à tout bout de champ ne valorisant même pas le produit mais le fabricant.
    Et vous, faites-vous partis de cette partie de la population qui, à tout moment, peuvent remonter l’arbre généalogique d’un bibelot pour féliciter, par télépathie, son parent éloigné ? Êtes-vous de ceux qui ne se préoccupent uniquement de la valeur qui se trouvent à leurs pieds ? Ou bien de ceux qui s’imaginent comme des enfants le circuit de préparation de cet outillage ?
    Pour ma part, je m’inscrirais dans la dernière et c’est pourquoi, lorsque je me suis retrouvée devant une guirlande qui tintait bruyamment devant mes yeux, j’ai aperçu, avec ceux que certains appellent le troisième œil, tout un périple, le voyage de cette guirlande, cette petite sphère reluisante d’extérieur mais très bouleversée intérieurement, avant d’atterrir ici, mise en valeur devant moi comme si elle était spécialement venue pour moi, pour me raconter ses aventures et que j’en fasse part à vous, lecteurs, aux autres, futurs lecteurs, au monde entier à l’image de Marie Curie ou de Einstein.
    Vous vous demandez sûrement en baillant devant vos écrans, « qu’est-ce qu’elle raconte celle-là ? » ou peut-être « qu’est-ce qu’il raconte celui-là ? » (Suis-je un « elle » ou un « il » ? A vous de développer votre troisième œil pour connaître la réponse !). Vous êtes, je le sais parfaitement, en train de vous dire « une guirlande qui parle ! On aura tout vu ! »
    Eh bien oui mes amis ! Les guirlandes parlent ou plutôt communiquent par télépathie et vous, récepteur de leur message vous visualisez leur vie parfois joyeuse, parfois triste, parfois révoltante, parfois drôle. Cette guirlande-là, celle qui m’a attiré(e) dans ce magasin avait une vie palpitante. D’accord, d’accord… le suspense a assez duré. Voici l’histoire de la vie d’une guirlande…
    … « il était une fois, une jeune femme qui, durant toute sa vie, s’usa, se fatigua au service des autres. Cette femme d’une bonté infinie s’oubliait, ne pensait qu’à ceux qui avaient besoin d’aide : elle donnait les soins aux malades, aux blessés, cuisinait pour les paralisés, donnait toute sa fortune aux pauvres sans habitats, venait en aide aux femmes enceintes les enviant quelques fois avant de se repentir au près de Dieu, sa pieuté lui empêchant cet instant de jalousie. Cette femme ne vivant de rien et donnant tout, en vint un jour à se marier, par la volonté de sa mère, à un jeune homme fortuné. La femme enfanta, quelques années plus tard, d’une guirlande.
    La suite, vous la connaissez : la guirlande fut expulsée du lieu de vie malgré toutes les supplications de la jeune maman. Le mari fut impitoyable. La petite sphère dorée, se retrouva à rouler sur toutes les routes du pays. C’est ainsi qu’elle finit devant moi au magasin. »
    Les détails de cette histoire me sont inconnu(e), sûrement trop sombres que la guirlande a voulu m’épargner. À vous de deviner, qu’est-ce qui a bien pu se passer sur ces milliers de routes traversées ?
    Alors, à présent, regarderez-vous peut-être plus attentivement les objets en vente avant de les acheter ou de féliciter leur fabricant qui parfois ne résulte que du bien et du mal. À vous de choisir… quel parti prendrez-vous ?

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s