#defi30joursecriture christmas : Défi n°2

Défi du jour : Écrire une histoire sur le thème mon Père Noël Secret

Si vous êtes en entreprise, vous avez déjà sûrement entendu parler du fameux Secret Santa. Oui c’est la fameuse arnaque qui permet à des gens détestés par toute la boîte d’avoir quand même un cadeau sous le sapin. Bref, le Secret Santa m’a inspiré ce défi. J’espère ne pas en avoir trop dit et que cette petite intro ne va pas vous orienter.

Comme d’habitude quelques petites règles à respecter :

  • Relever ce défi avant 23 h 59
  • Partager sa contribution en postant en commentaire le lien de son texte ou en postant sur les réseaux sociaux avec le hashtag #defi30joursecriture. N’hésitez pas non plus à faire part de vos impressions sur le défi du jour en commentaires et/ou sur les réseaux sociaux.
  • Pas de restriction de mots. Vous pouvez écrire un texte très court comme vous pouvez en rédiger un très long.
  • Pas de restriction de temps, si ce n’est la journée pour réaliser ce défi. En gros, ce texte ne doit pas être écrit en 30 minutes maximum par exemple.

Je vais comme pour les précédentes éditions mettre à jour l’article pour poster mon texte du jour. J’y ajouterais également les vôtres tout au long de la journée. Étant donné que je travaille également, je ferai mon maximum pour poster tous vos textes, mais n’hésitez pas à me relancer si j’ai omis le vôtre.

Hâte de lire ce que cachent vos Pères Noël secrets ! Bon courage !

Lire le texte de Lilly Rose

Lire le texte de Marlyn

Lire le texte de Raissa

Lire le texte de Charlotte

Ma contribution (excusez-moi pour ce massacre de la langue française, je l’ai écrit dans le rush)

—  Maman, hurle Yuthe.

J’accourrai vers elle, comme toujours, paniquée à l’idée qui lui soit arrivée quelque chose. Depuis le temps, je devrais la connaître ma fille. Savoir que ces cris et cette façon stridente qu’elle a de m’appeler est son mode d’expression normale, mais que voulez-vous je suis toujours angoissée à l’idée que ce cri qui m’arrache de ma quiétude ne soit sincère et annonciateur d’une terrible nouvelle. La pauvre ne cesse de me répéter de me détendre, que désormais elle est grande du haut de ses 9 ans. Elle ignore que je la couverais aussi longtemps que mes jambes continueront de me porter. Et que même les hanches fêlées j’accourai toujours quand je l’entendrais me héler.

— Qu’est-ce qu’il y a ? lui demandais-je arrivée à sa hauteur.

—  Ça a fonné, marmonne-t-elle le pouce dans sa bouche.

J’avais bien tenté de lui faire cesser cette manie, mais son pouce la réconfortait et depuis cette terrible soirée il y a 5 ans, il ne l’avait pas quittée. J’étais bien décidée à ne pas être la cause d’une autre perte dans sa vie.

Je me dirige vers la porte et regarde dans l’œil du judas. Un livreur se tenait là un fin colis dans les mains. Etrange. Je n’avais rien commandé pourtant.

— Madame Mahan

—  Oui c’est moi

— Tenez, c’est pour vous. Pouvez-vous signer là s’il vous plaît.

Je m’exécute et récupère le colis.

Ma fille qui avait délaissé son pouce et s’était dressé comme un suricate derrière moi regarda mon carton avec des yeux ronds. Je retourne le carton dans tous les sens, à la recherche d’une indication sur le destinataire. Je déchire la languette et aperçoit à l’intérieur un calendrier de l’avent. Aussitôt le regard de ma fille s’illumine. Je n’ai jamais commandé ça et pour cause Yuthe aimait beaucoup trop le chocolat. Je peux d’ors et déjà affirmer qu’à partir du 10 il ne restera plus aucun chocolat dans ce calendrier si je le laisse dans son champ de vision. Je le prends sous mon bras et m’apprête à partir dans la chambre avec.  

— Hey mais tu peux me donner le 1er au moins ?

— Oui quand on sera en décembre, tu auras le droit d’en prendre un

— Mais on est en décembre.

— Quoi ?

— Oui, on est le 1er décembre aujourd’hui.

— Oh, d’accord.

Je jette un rapide coup d’œil à mon téléphone et constate bien qu’on est le 1er décembre. Je glisse donc un chocolat dans la paume de Yuthe qui sautille dans toute la pièce. Noël a commencé pour elle. Malgré la tragédie, elle a gardé son âme d’enfant. Mais moi cette période me donne le cafard. Elle me rappelle chaque année que la vie m’a retirée le cadeau le plus précieux qu’elle m’avait pourtant offert. Cette année, la douleur est plus vive parce que sans ce foutu accident nous fêterions nos dix années de mariage. Dix ans. Quand on parle de nos 10 ans, on ne pense jamais à la perte, à la mort, à la séparation. On pense toujours qu’on sera éternellement ensemble. 10 ans nous paraissent si proches et si loin à la fois.

Et inéluctablement je reviens à cette soirée glaciale du 10 décembre où il promit qu’il m’offrirait le mariage de princesse que je méritais. Il répétait comme un fou « je te jure que tu auras les pieds dans l’eau, que le soleil dorera ta peau, que nos parents restés au pays assisteront à ces noces, que les mangues seront juteuses et pas dures comme ici. Et je répéterais devant Dieu et devant les hommes que je veux une fois de plus faire de toi ma femme. Parce que dans 10 ans rien n’aura changé. Enfin si… je t’aimerais même plus qu’aujourd’hui ». Faute de moyens, on avait dû se contenter d’un petit restaurant dans la cantine du quartier avec des témoins camarades de classe. Pour guise de pièce montée, nous avions dégusté une tour en chocolat plus bancale que la tour de Pise qu’un voisin pâtissier avait généreusement conçu.

J’esquisse un petit sourire en repensant à cette soirée qui malgré tout fut l’une des plus belles de ma vie. Puis, mon regard triste se pose sur un portrait de nous 3, la dernière photo qu’on est pris tous ensemble. Yuthe s’était immobilisée. Je lui donne un autre chocolat. Je lui en donnerai autant qu’elle le souhaite pour qu’elle oublie la peine qui voile mon regard en cet instant.

Le lendemain, un autre livreur apparait sur le pas de ma porte. Cette fois, on me livre un parfum. Le parfum Clin d’œil le seul que j’avais les moyens de m’offrir à l’époque. Le jour d’après, on m’offre des fleurs. Et chaque matin, je reçois un cadeau différent sans que je ne sache qui en est l’expéditeur.

— Maman, t’as un Père Noël Secret ! s’extasie Yuthe.

Curieusement tous ces cadeaux me rappellent notre histoire. Et une infime part au fond de moi espère secrètement que ce soit lui, mais comment cela pourrait être possible ? Il est parti ! Définitivement ! Emporté ! On n’est pas dans une télénovelas où les gens morts ne sont pas réellement morts ! C’est la vie réelle, là. Lui est parti et ne reviendra pas. Même si je donnerais tout pour le serrer une dernière fois dans mes bras. J’interroge donc tout mon entourage pour débusquer ce Père Noël secret. Rien. Pas de pistes, ni d’indices sur ce mystérieux bienfaiteur qui semble nous connaître si intimement.

Le 10ème jour, j’attends avec impatience la venue du livreur. Mais aucun ne se présente. Il y a juste cet homme dans un costume bien taillé qui tient une enveloppe face à moi.

—  Je tenais à vous la remettre moi-même Madame Mahan, dit-il en me tendant l’enveloppe.

Je prends l’enveloppe et y découvre à l’intérieur deux billets allers-retours pour Abidjan. Incrédule, j’interroge mon bienfaiteur du regard. Etait-ce un cousin lointain ? Un demi-frère caché ou un ancien collègue. Je le sonde pour tenter de comprendre pourquoi cet homme que je ne semble pas connaître me couvre de cadeaux jusqu’à m’offrir des billets pour ma terre natale.  

— Vous êtes mon père Noël secret ?

— Oui et non. J’ai juste exaucé les souhaits de votre défunt mari.

Je ne comprends pas.

— Il y a trois ans, j’ai eu l’idée un peu folle de créer une boîte qui permettrait à des personnes de réaliser les buckets lists de leurs proches, mais également d’organiser des surprises pour leurs proches. Votre mari qui avait entendu parler de mon idée grâce à un ami m’a proposé d’être mon premier client pour vos dix ans de mariage. Il avait prévu de faire un calendrier de l’avent vivant en vous offrant chaque jour des cadeaux symboliques de votre histoire. Le clou du spectacle devait justement être vos billets pour Abidjan. Bien sûr, on avait pensé à tout, mais on était loin de s’imaginer qu’il aurait ce terrible accident. C’est pourquoi, je tenais absolument à ce que vous ayez, malgré tout, ces surprises. Il n’est plus là aujourd’hui mais il a bien tenu sa promesse.

Une réflexion sur “#defi30joursecriture christmas : Défi n°2

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s