#defi30joursecriture christmas : Défi n°13

Défi du jour : Imaginer le Noël de la 1ère personne dont on a entendu parler ce matin

Comme d’habitude quelques petites règles à respecter :

  • Relever ce défi avant 23 h 59
  • Partager si on le souhaite sa contribution en postant en commentaire le lien de son texte ou en postant sur les réseaux sociaux avec le hashtag #defi30joursecriture. N’hésitez pas non plus à faire part de vos impressions sur le défi du jour en commentaires et/ou sur les réseaux sociaux.
  • Pas de restriction de mots
  • Pas de restriction de temps si ce n’est la journée pour réaliser ce défi. En gros, ce texte ne doit pas être écrit en 30 minutes maximum par exemple.

Je vais comme pour les précédentes éditions mettre à jour l’article pour poster mon texte du jour. J’y ajouterais également les vôtres tout au long de la journée. Étant donné que je travaille également, je ferai mon maximum pour poster tous vos textes, mais n’hésitez pas à me relancer si j’ai omis le vôtre.

Ma contribution

Bien qu’il ne fêtait pas Noël et que cette fête lui était totalement insignifiante, il était constamment en train de penser à elle. Constamment parce que les superviseurs à l’entrepôt étaient sans cesse sur son dos pour qu’il livre toujours plus vite, toujours plus loin et avec une qualité irréprochable. Sans oublier un sourire sur les lèvres même s’il venait de gravir 14 étages pour livrer le colis. Garantie sous le sapin était synonyme d’un rythme effréné pour les livreurs de bonheur. Parait-il qu’il tenait dans ces paquets qu’il trimballait à travers toute la région le Noël de centaines de personnes.
Il y avait dans ce carton bourré de polystyrène la poupée promise à cette petite fille qui s’était pourtant comportée comme une peste toute l’année et que les parents continuaient de gâter pour acheter la paix au sein de leur foyer. S’il décidait de garder leur cadeau finiraient-ils traumatisés par le fruit de leur amour ? Puis, dans cet autre colis qui dépassait de sa pile, envoyé par une marque de lingerie, se trouvait enveloppée dans du papier de soie une guêpière noire. Un cadeau qu’un mari avait fait dans l’espoir que sa femme troque ses bas de jogging aux projections de javel pour une tenue plus sexy. S’il avouait à Madame que son mari avait envoyé le même colis à sa maîtresse et que celle-ci s’était empressée d’essayer la marchandise, sauverait-il ou conduirait-il leur mariage à la ruine ?
Il s’amusait à imaginer les expéditeurs et destinataires de ces colis qui transitaient par ses mains ; à deviner ce qu’ils s’efforçaient de maintenir à travers leurs cadeaux qu’il livrait. Lui, qui dans son utilitaire maintenait cet équilibre si fragile. Puisque des familles entières, l’économie comptait sur son dur labeur de livreur de bonheur, pourquoi ne se sentait-il pas récompensé à sa juste valeur ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s