Comment lutter contre le syndrome de l’imposteur ?

En ce 8 mars, j’ai envie de vous parler d’un sujet qui touche particulièrement les femmes. Il s’agit du syndrome de l’imposteur. Selon le Journal of Behavioral Science, 70% des personnes dans le monde souffrent de ce syndrome à un moment de leur vie. Mais ce mal touche plus particulièrement les femmes D’après une étude des Assises de le Parité datant de 2021, 75% des femmes en sont victimes, contre 50% des hommes. Mais avant de s’attaquer au cœur du problème, petite rétrospective sur le syndrome de l’imposteur. 

Qu’est-ce que le syndrome de l’imposteur ?

Le syndrome de l’imposteur est un phénomène psychologique dans lequel une personne doute de ses capacités et de sa légitimité malgré son succès et sa reconnaissance. Cette condition est souvent associée à des sentiments de peur, de honte et d’insuffisance.

Ce syndrome a été théorisé en 1978 par deux psychologues américaines Pauline Rose Clance et Suzanne Imes à la suite d’une étude menée auprès de femmes professionnelles hautement qualifiées qui semblaient éprouver des sentiments de doute quant à leur succès et à leur compétence. Clance et Imes ont défini le syndrome de l’imposteur comme « un phénomène psychologique dans lequel les personnes doutent de leurs accomplissements et craignent d’être exposées comme des fraudeurs, même si elles ont des preuves objectives de leur succès ».

Pourquoi les femmes sont-elles plus concernées ?

Les stéréotypes de genre

Les stéréotypes de genre ont un impact important sur la façon dont les femmes se perçoivent et sont perçues dans la société. Les femmes sont souvent élevées dans une culture qui valorise la modestie et l’humilité, ce qui peut les amener à minimiser leurs réalisations et leur propre valeur. Les stéréotypes de genre peuvent également conduire les femmes à se sentir plus vulnérables à la critique et à la pression sociale, ce qui peut renforcer le sentiment d’imposteur.

Le manque de représentation

Les femmes sont souvent sous-représentées dans les domaines professionnels tels que la science, la technologie, l’ingénierie et les mathématiques (STEM), ainsi que dans les postes de direction. Le manque de représentation peut donner l’impression aux femmes qu’elles ne méritent pas leur place, ce qui peut renforcer le syndrome de l’imposteur.

Les normes de beauté

Les normes de beauté dans la société moderne peuvent également jouer un rôle dans le syndrome de l’imposteur chez les femmes. Les femmes sont souvent jugées sur leur apparence physique et peuvent se sentir en insécurité à cause de leur apparence, ce qui peut affecter leur confiance en elles.

La charge mentale

Les femmes sont souvent confrontées à une charge mentale plus importante que les hommes. Elles doivent souvent jongler avec des responsabilités familiales, professionnelles et sociales, ce qui peut entraîner une fatigue mentale et émotionnelle accrue. La charge mentale peut également amener les femmes à se sentir surchargées et inadéquates, ce qui peut renforcer le syndrome de l’imposteur.

Quels sont les symptômes du syndrome de l’imposteur ?

Afin d’éradiquer le mal, il faut reconnaître les symptômes de ce mal.

Doutez-vous de vos capacités ?

Les personnes atteintes du syndrome de l’imposteur ne croient pas en leurs propres compétences, talents et capacités, même si les autres les reconnaissent.

Avez-vous peur d’être « démasqué.e » ?

Les personnes qui souffrent du syndrome de l’imposteur ont une peur constante d’être découverts comme s’ils étaient des fraudeurs qui méritaient une peine de prison. Ils ont peur que les autres découvrent qu’ils ne sont pas aussi compétents qu’ils le prétendent et qu’ils soient exposés comme des fraudeurs.

Êtes-vous perfectionniste à l’extrême ?

Les personnes atteintes de ce syndrome peuvent être perfectionnistes et se sentir obligées de tout faire parfaitement, ce qui peut les empêcher de prendre des risques et de s’épanouir dans leur vie professionnelle et personnelle.

Evitez-vous d’être dans la lumière ?

Les personnes atteintes du syndrome de l’imposteur peuvent éviter le succès en s’auto-sabotant ou en loupant les opportunités de réussite pour éviter de se sentir exposés ou de faire face à des attentes plus élevées.

Ressentez-vous de la culpabilité en cas de succès ?

Les personnes atteintes du syndrome de l’imposteur peuvent se sentir coupables de leur succès ou de leur reconnaissance, ou croire qu’elles ne méritent pas leur réussite.

Si vous avez répondu oui à au moins une de ces questions, alors vous souffrez probablement du syndrome de l’imposteur.

Sachez qu’il existe l’échelle de Clance. un test mis au point par la psychologue Pauline Rose Clance pour évaluer son estime de soi et déterminer si l’on souffre du syndrome de l’imposteur.

De manière générale, quelles sont les principales causes du syndrome de l’imposteur ?

Les expériences passées : les expériences passées, telles que l’échec, le rejet ou le harcèlement, peuvent amener une personne à douter de ses capacités et de sa légitimité et avoir beaucoup moins confiance en elle.

L’éducation : les attentes parentales ou l’éducation peuvent influencer la façon dont une personne perçoit son succès et ses réalisations. Les parents peuvent encourager les enfants à être parfaits ou à se concentrer sur l’excellence académique, ce qui peut les amener à croire qu’ils ne sont jamais assez bons.

Culture : la culture dans laquelle une personne grandit peut également jouer un rôle dans la façon dont elle perçoit son succès et sa reconnaissance. Certaines cultures peuvent encourager les individus à être modestes ou à ne pas se vanter de leur réussite, ce qui peut les amener à douter de leur succès.

Comment lutter contre le syndrome de l’imposteur ?

Voici quelques stratégies qui peuvent aider à surmonter le syndrome de l’imposteur :

Reconnaître le syndrome de l’imposteur

La première étape pour surmonter le syndrome de l’imposteur est de reconnaître et de nommer vos sentiments. Souvent, les personnes atteintes de ce syndrome ont tendance à nier ou à minimiser leurs sentiments. Par exemple, vous pouvez dire : « Je suis terrifié par ce nouveau roman, j’ai peur de ne pas être à la hauteur ».

Remplacez la pensée négative par une pensée positive

Les personnes atteintes du syndrome de l’imposteur ont souvent des pensées négatives qui peuvent les empêcher de se sentir à la hauteur. Pour surmonter ce syndrome, il est important de remplacer ces pensées négatives par des pensées positives. Essayez de vous concentrer sur vos réalisations et de vous rappeler que vous avez réussi à accomplir des choses importantes dans le passé. Par exemple, la pensée « je ne suis pas assez bon pour écrire ce roman » doit être remplacé par « je vais donner le meilleur de moi pour écrire ce roman ». « Je vais travailler dur pour écrire ce roman ».

Fixez des objectifs réalistes

Les personnes atteintes du syndrome de l’imposteur ont souvent des attentes élevées pour elles-mêmes. Cela peut les empêcher de prendre des risques ou de s’épanouir dans leur vie professionnelle et personnelle. Pour surmonter ce syndrome, il est important de fixer des objectifs réalistes et réalisables. Essayez de décomposer de grands objectifs en petites étapes réalisables, afin de ne pas vous sentir submergé par la tâche à accomplir. Par exemple, écrire un roman est un travail colossal quand on y réfléchit. En revanche, écrire un chapitre par semaine est un objectif beaucoup plus réaliste à court terme et qui fait bien moins peur.

Listez vos réussites

L’un des moyens les plus efficaces de lutter contre ce syndrome c’est d’être factuel et de noter ses réussites. Comme tout le monde, vous en avez sûrement. Et surtout ne les minimisez pas ou ne les considérez pas comme acquis. Reconnaissez-en les raisons en toute objectivité. Pour vous en souvenir, n’hésitez pas à les lister sur une feuille pour pouvoir y revenir quand ça ne va pas.

Acceptez les compliments

Je suis la première à me sentir ultra gênée quand on me fait un compliment, c’est un point que j’essaye de changer. Les personnes atteintes du syndrome de l’imposteur sont persuadées qu’on cherche avant tout à vous faire plaisir, que ce n’est pas fondé puisque vous êtes convaincu d’être incompétent. Accepter d’être félicité ou remercié fait du bien à l’estime de soi dont vous manquez. Ne vous en privez pas ! Un autre outil qui m’a grandement aidé, c’était de réunir tous les commentaires élogieux sur mes livres et d’en faire un tableau que je pourrais regarder quand je doute de moi.

Détachez-vous du regard des autres

Anxieux, vous avez tendance à confronter vos faiblesses aux forces des autres et à rechercher leur approbation. « Travaillez sur votre reconnaissance intérieure. Autorisez-vous à être indulgent envers vous-même. Que les autres vous approuvent ou non, que vous réussissiez ou non, vous êtes un être humain de valeur ».

Lisez sur le sujet

N’hésitez pas à lire. On trouve parfois dans les livres des réponses à des questions que l’on se pose. Quelques exemples de livres sur la question du syndrome de l’imposteur :

  • Cessez de vous déprécier ! Se libérer du syndrome de l’imposteur, de Kevin Chassangre et Stacey Callahan (Ed. Dunod, 2016).
  • Comment vous libérer du syndrome de l’imposteur et vous affirmer, de Dr Sandi Mann (Ed. Leduc, 2020)

Consultez un spécialiste

Si toutes les solutions précédemment énoncées ne fonctionnent pas. N’ayez pas honte consulter un psychologue pour débloquer ce point.

Et vous, souffrez-vous, avez-vous déjà souffert du syndrome de l’imposteur ?

2 réflexions sur “Comment lutter contre le syndrome de l’imposteur ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s