Construire une intrigue de roman

Après le dossier sur la nouvelle littéraire que vous pouvez retrouver ici, j’ai eu envie de m’informer davantage sur les trois piliers du roman et de la nouvelle que sont l’intrigue, les personnages et le style. Je vais donc vous proposer deux dossiers, un premier sur l’intrigue et un deuxième sur les personnages. Vous retrouverez donc chaque mercredi du mois de juillet, un article qui traite d’un sujet sur l’intrigue

Le 1er article de cette série sera consacré à la construction d’une intrigue et aux principales structures narratives. Sachez qu’il en existe plusieurs, l’important est de faire votre marché et ensuite votre petite recette pour en construire une qui vous convienne parfaitement. 

Il est important pour des adeptes de l’écriture fictive de maîtriser les différentes formes d’intrigue. Bien qu’instinctivement je construise mes récits avec cette notion d’intrigue et de nœuds dramatiques, connaître les différentes structures et les maîtriser me permettra davantage de m’amuser dans mes récits. 

Qu’est-ce qu’une intrigue ? 

Comme toujours on commence par une définition précise du terme pour être sûre que vous et moi sommes sur la même longueur d’onde. 

Intrigue vient du mot italien intrigo qui signifie “complications, imbroglio…”. L’intrigue est la succession d’événements de la situation initiale à la situation finale qui va venir éprouver nos protagonistes. Pour une intrigue efficace, il faut un conflit, nous verrons dans un prochain article, les formes de conflits qui existent pour nourrir votre intrigue.  

L’intrigue ne doit pas être confondue avec l’histoire, qui définit juste une succession d’événements de manière chronologique. L’intrigue est un élément essentiel de votre roman qui permet de tenir en haleine le lecteur. 

Dans la majorité des cas, l’intrigue de roman est structurée. Elle suit une logique que de nombreux spécialistes de l’écriture (écrivain, scénariste, etc…) ont schématisée. 

Pourquoi structurer votre intrigue ? 

Structurer votre intrigue vous permettra de réfléchir en amont de l’écriture aux composantes de votre récit et de votre intrigue, de réfléchir aux nœuds dramatiques et de réaliser un véritable travail de chef d’orchestre. Même si vous n’êtes pas adepte du plan, il me semble judicieux d’établir dans les grandes lignes les moments-clés de votre intrigue. Ainsi vous constaterez que votre intrigue suit une structure

Quelles sont les principales structures d’intrigues ? 

La structure en trois actes 

La plus célèbre de tous est la structure en trois actes héritée d’Aristote qui soutient qu’une tragédie contient : 

  • Un commencement : l’exposition de la situation initiale, l’univers, les personnages, etc… la base de l’histoire
  • Un milieu : Succession de péripéties, d’obstacles, etc.. 
  • Une fin : la résolution des conflits et l’exposition de la situation finale 

Toutefois, cette structure qui est une évidence ne permet peut-être pas de visualiser concrètement les enchaînements pour créer une vraie tension dramatique. Elle est aussi explicative qu’un manuel Ikea qui vous dirait “voici les pièces, à présent montez votre meuble”. 

C’est la raison pour laquelle au fil des années elle a été enrichie par d’autres “théoriciens” pour vous aiguiller dans la construction de votre récit. En général, plus il y a d’étapes, plus vous parviendrez à structurer votre intrigue pour susciter de l’émotion chez le lecteur et l’accrocher. 

Le schéma narratif 

Je me souviens avec nostalgie de mes cours de français où l’on décrivait les chefs-d’œuvre de la littérature avec le fameux schéma narratif. Personnellement, même si ce dernier peut être perçu comme désuet, jusqu’à présent il m’a bien servi pour structurer mes intrigues. 

  • La situation initiale : C’est le fameux début de notre histoire avec l’exposition de l’univers, des personnages, de l’époque, etc… 

Je reprends l’exemple de l’article sur la préparation parce que je trouvais l’histoire bien trop mignonne. 

Samy, jeune fiancé est complètement stressé à l’approche de son mariage.

  • L’élément perturbateur : C’est l’événement qui vient bouleverser le quotidien des protagonistes

Le premier amour de Samy qu’il n’a jamais oublié, Sophie, et qui avait quitté la région précipitamment lorsqu’ils avaient 15 ans le recontacte. 

  • Les péripéties : L’ensemble des événement causés par l’élément perturbateur. Il y a généralement entre 2 et 6 péripéties dont 1 majeure.  
  1. Elle lui annonce qu’il est papa d’un ado de 14 ans
  2. Il essaye de rattraper le temps avec son fils
  3. Samy apprend que son fils est malade et que seule une greffe de rein pourrait le sauver
  4. Sa mère fait le test mais est incompatible. 
  5. Entre-temps le couple de Samy bat de l’aile, il soupçonne sa fiancée d’infidélité
  • La résolution du conflit : Le protagoniste après avoir été éprouvé par les péripéties trouve enfin la solution à son problème. 

Le rein de Samy est compatible, il sauve son fils. La fiancée le trompe avec son meilleur ami (ba oui il fallait bien trouver quelque chose pour qu’elle dégage !) . Il rompt ses fiançailles. 

  • Situation finale : La fin de l’histoire avec une exposition finale de la vie des protagonistes suite à la résolution du conflit. 

Happy ending pour Samy qui se met en couple avec Sophie et son fils qui est sauvé grâce à son rein. 

Génial non ? Pourtant cette structure présente également des faiblesses. En effet, l’étape des péripéties qui est l’une des étapes les plus importantes n’est pas suffisamment décrite puisqu’elle ne prend pas en compte la notion d’intensité dramatique. Il faut que le cœur du lecteur monte puis redescende, qu’il soit stimulé. C’est la raison pour laquelle le modèle de la pyramide de Freytag guide davantage que le schéma narratif. Je vous explique ça tout de suite. 

La Pyramide de Freytag 

Gustav Freitag est un romancier allemand du 19ème siècle qui a modélisé la pyramide du même nom dont Shakespeare s’est fortement inspirée. Aujourd’hui encore ce modèle est fortement utilisé par les romanciers pour construire une intrigue intense

Je ne vais détailler que la partie sur les péripéties qui diffèrent du schéma narratif. Dans la pyramide de Freytag, l’intensité va crescendo pour atteindre un point culminant puis redescend. C’est dans cette logique que les péripéties sont divisées en trois parties. 

  • l’action croissante : les complications qui vont ajouter de la tension au récit 
  • le climax : le point culminant de l’action où tout est décisif 
  • l’action décroissante : Des obstacles sont résolus, le nœud se défait 

Si on reprend l’histoire de Samy :

  • l’action croissante : l’annonce d’un fils caché et à ses tentatives de se rapprocher de lui. 
  • Le climax : L’incompatibilité du rein de Sophie et l’éventuelle mort de son fils à peine découvert
  • L’action décroissante : Le soupçon d’infidélité de la fiancée et la compatibilité du rein de Samy. 

L’intrigue vous donne par la suite un triangle avec lequel vous pouvez vous amuser. En règle générale, les structures d’intrigues sont une indication. Il n’est pas obligatoire que votre histoire colle parfaitement à une structure bien définie. Bien au contraire, vous pouvez vous affranchir de certaines règles pour mieux vous en amuser

Si on reprend le cas de la pyramide de Freytag, votre histoire peut ne pas contenir de dénouement, ni de fin avec une fin ouverte libre d’interprétations comme dans Inception par exemple. D’autres suivent les montagnes russes, les romans d’espionnage comportent de nombreuses actions où on a la sensation d’atteindre des points culminants à chaque nouvelle intrigue. Il peut également y avoir deux intrigues principales qui se chevauchent avec pour chacune d’elles leur triangle bien défini. C’est par exemple, le cas dans les romans policiers avec une enquête professionnelle et une enquête plus personnelle qui touche l’enquêteur. 

Conclusion, amusez-vous avec ces schémas qui ne sont pas figés mais permettent une certaine flexibilité. De la même façon que la narration, début, milieu, fin peut être bouleversée. Vous n’êtes pas obligé d’avoir une histoire chronologique. Vous pouvez commencer par la fin comme dans Memento de Christopher Nolan, faire de nombreux flashbacks comme c’est le cas dans Épouse-moi ou commencer votre récit au milieu, faire des bonds dans le temps, etc…  

C’est à vous de vous amuser avec les bases pour créer une intrigue, une histoire exceptionnelle, singulière, unique, à votre image. 

Voilà c’est la fin de ce tout premier article, j’espère qu’il vous aidera dans la construction de vos prochaines intrigues. Dans le prochain article, nous aborderons les différents types d’intrigues classiques et leurs constructions. 

Utilisez-vous une de ces méthodes ou faites-vous appel à d’autres modèles ? Dites-moi tout en commentaire. 

Crédit photo : Owen Cl, aerial photo of buildings during dusk, Unsplash

7 réflexions sur “Construire une intrigue de roman

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s